Paul-André Harvey a plaidé coupable contre 39 accusations, se retrouvant en prison pour six ans. Il est ensuite décédé derrière les barreaux en mai dernier.

La poursuite contre un prêtre pédophile prend de l'ampleur

Neuf fabriques du Saguenay, l’Évêque catholique de Chicoutimi, la Corporation épiscopale catholique romaine de Chicoutimi et l’Assurance mutuelle des fabriques de Québec sont maintenant visés par le recours collectif contre l’ancien prêtre Paul-André Harvey, déposé par l’Association des jeunes victimes de l’Église (AJVE).

La demande d’autorisation a été entendue devant la juge Sandra Bouchard, de la Cour supérieure du Québec, jeudi, au Palais de justice de Chicoutimi. L’action collective de 14 millions $ a déjà été acceptée contre le Diocèse de Chicoutimi, mais l’AJVE estime maintenant que les paroisses doivent payer pour les gestes de pédophilie de l’abbé Harvey.

En défense, on allègue que les différentes fabriques visées ne pouvaient être au courant des gestes de l’ancien prêtre. On ajoute que six des fabriques ajoutées dans la demande d’autorisation n’existaient pas au moment des faits. D’autres ont aussi été annexées à des paroisses au fil des ans. Un débat de fond s’est enclenché entre les deux parties sur le rôle qu’une fabrique pouvait avoir sur un prêtre ainsi de quelle paroisse relevait Paul-André Harvey à l’époque où les agressions ont été commises.

« Nous, de la façon dont on le reconnaissait, c’est qu’il avait une soutane sur le dos et portait un col romain, a exprimé la présidente de l’Association des jeunes victimes de l’Église, Suzanne Tremblay. Nos familles avaient confiance. C’était notre repère pour comprendre qu’il faisait partie de l’Église. Peu importe dans quelle paroisse il pratiquait, on le connaissait. Tout le monde dans la région le connaissait. »

Suzanne Tremblay a fait savoir que son association avait encore deux mois pour publier un nouveau rapport contenant de nouvelles victimes. À ce jour, on en compte près d’une centaine. La plupart des gestes reprochés à Paul-André Harvey ont été commis sur des filles de 6 à 12 ans, entre 1963 et 1987.


«  Peu importe dans quelle paroisse il pratiquait, on le connaissait. Tout le monde dans la région le connaissait.  »
Suzanne Tremblay

Paul-André Harvey est décédé en prison en mai dernier, à l’âge de 81 ans. Il purgeait une peine de six ans de pénitencier après avoir plaidé coupable en 2015 à 39 chefs d’accusation. Des accusations de grossière indécence et d’attentat à la pudeur étaient au nombre des faits reprochés au pédophile.

La juge Sandra Bouchard n’a pas précisé à quel moment elle va rendre sa décision. En fin de journée, elle a dit qu’elle avait passablement de lecture de chevet pour la période des Fêtes, ce qui laisse croire à une décision après le Nouvel An.