Carolann Coll

La peine de Carolann Coll maintenue

Trois juges de la Cour d’appel du Québec estiment que la peine de cinq années de détention imposée à Carolann Coll, qui a participé à trois vols à main armée dans des commerces, est justifiée, et rejettent l’appel de son avocat, Me Louis Belliard.

La décision a été rendue mercredi par les juges Marie Saint-Pierre, Claude C. Gagnon et Jocelyn F. Rancourt.

Âgée de 18 ans, Coll avait pris part à ces vols à main armée dans un bar de Trois-Rivières, un dépanneur de Sept-Îles et une banque de Dolbeau-Mistassini entre le 24 décembre 2014 et le 9 janvier 2015. Les trois vols ont été commis en compagnie de Dany Bernatchez et Steven Charlish-Godin.

En Cour d’appel, Me Belliard a tenté de démontrer que sa cliente avait joué un rôle minime dans cette affaire, que son jeune âge démontrait un manque de maturité et qu’elle ne devrait donc pas être condamnée à la peine minimale de cinq années. Me Belliard avait réclamé deux années de détention alors que Me Claudine Roy, de la Couronne, demandait plutôt sept années de pénitencier.

Le juge Pierre Lortie, de la Cour du Québec, avait tranché pour la peine minimale de cinq années de détention.

Les juges de la Cour d’appel ont écouté les deux parties durant environ 90 minutes avant de se retirer pour peser la question. Ils ont eu besoin de sept minutes pour délibérer.

Les magistrats ont confirmé la peine imposée par leur collègue de première instance. Ils estiment que le juge a retenu tous les éléments pertinents à la détermination d’une peine juste et appropriée et qu’il n’est pas démontré que le jugement contient une erreur de droit ou de fait manifeste ayant un impact sur la peine.

La Cour d’appel du Québec ajoute que le juge Lortie ne s’est pas mépris en s’abstenant de se prononcer sur la validité constitutionnelle de la peine minimale et s’est conformé aux enseignements de la Cour suprême du Canada dans l’arrêt Lloyd.