Des policiers de Saguenay patrouillent à vélo.

La patrouille à vélo frappe

La patrouille à vélo de la Sécurité publique de Saguenay (SPS) a une nouvelle fois fait ses preuves en interceptant un individu au volant de son véhicule automobile alors qu’il lui était interdit de le faire. Il est condamné à 20 jours de détention à purger les fins de semaine.

Gilles-David Gagnon s’est fait prendre le 2 juillet vers 11 h 10. Les patrouilleurs à vélo de la SPS circulaient aux coins des rues Racine et Salaberry lorsque l’un des agents a reconnu le conducteur.

« Le policier s’est rendu compte qu’il connaissait bien mon client, car ils avaient étudié en même temps à la même école. Sachant qu’il était en interdiction de conduire, les patrouilleurs à vélo l’ont suivi jusque chez lui afin de procéder à son arrestation alors qu’il débarquait de son véhicule », explique Me Julien Boulianne, avocat en défense.

Interrogé au Quartier général de la SPS, Gagnon a admis avoir conduit alors qu’il n’avait pas le droit de le faire, lui qui s’était vu imposer une interdiction de conduire de 12 mois à peine 10 jours auparavant.

Le Chicoutimien, qui est âgé de 25 ans, purgera sa peine à raison de 10 périodes de fin de semaine. Le tribunal lui interdit aussi de conduire pour une période totale de 18 mois.

Chasse 
Par ailleurs, un individu sans antécédent judiciaire a été condamné à 2000 $ d’amende pour avoir conduit en état d’ébriété et avoir fui les policiers.

Les événements se sont produits le 22 juin 2017. Les patrouilleurs de Saguenay ont voulu l’intercepter, mais l’homme a plutôt pris la décision de poursuivre sa route. Il a notamment brûlé plusieurs feux de circulation avant d’être arrêté.

Le tribunal lui impose une amende de 1250 $ pour la conduite avec les facultés affaiblies, une interdiction de conduire de 12 mois et ajoute une amende de 750 $ pour la conduite dangereuse. Il a notamment roulé à 130 kilomètres à l’heure dans une zone de 70 km/h.