De retour chez lui après le travail lundi, le copropriétaire de la maison a vu les banderoles des policiers, laissant présager que le pire des scénarios s’était produit. « Je ne pouvais pas prévoir que c’était un meurtre qui était pour arriver... », dit l’homme, bouleversé, qui a fait une déposition aux policiers.

La fillette se serait sauvée en pleine nuit

La fillette de 7 ans qui a succombé à ses blessures aurait tenté de fuir le domicile familial la nuit avant d’être découverte chez elle dans un état critique.

Le copropriétaire de la maison qui était louée au père et à la belle-mère de la fillette a confié à La Voix de l’Est que quelqu’un a sonné à la porte de sa résidence vers 1 h 40, dans la nuit de dimanche en lundi. En l’ouvrant, il n’a vu personne, mais il a entendu « une petite voix », a-t-il raconté.

Il a finalement vu la belle-mère de l’enfant, restée sur le seuil de la porte de sa maison, qui lui a fait savoir que la fillette s’était enfuie de sa chambre. « Et j’ai entendu craquer dans le bois. J’ai vu le père qui avait la petite dans ses bras et qui essayait de la calmer », raconte l’homme.

« Sur le coup, je n’ai pas réalisé que c’était la petite qui est venue sonner chez nous », explique-t-il, émotif.

Il n’a pas contacté les policiers à ce moment-là parce que ses locataires lui auraient raconté par le passé que la fillette s’était sauvée à quelques reprises de leur ancien logement, explique-t-il.

De retour chez lui après le travail lundi, l’homme a vu les banderoles des policiers, laissant présager que le pire des scénarios s’était produit. « Je ne pouvais pas prévoir que c’était un meurtre qui était pour arriver... », dit l’homme, bouleversé, qui a fait une déposition aux policiers.