Me Louis Belliard souhaite obtenir toutes les informations détenues par la SQ dans le dossier de Jimmy Bouchard, notamment sur le rôle de l’individu qui a dénoncé son client.

La défense veut des infos sur l’homme qui a dénoncé

Le Jeannois Jimmy Bouchard, accusé d’avoir demandé à une personne d’éliminer son ex-conjointe, cherche à avoir les informations possédées par la Sûreté du Québec sur l’individu qui les a avisés de son plan machiavélique.

Le nouvel avocat de Bouchard, Me Louis Belliard, déposera une requête afin de débattre avec le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) sur la nécessité de lui fournir ces informations. 

Le criminaliste aurait voulu débattre verbalement de la requête jeudi matin devant le juge Jean Hudon, de la Cour du Québec. Mais le magistrat a mentionné que les requêtes devaient être écrites et envoyées au DPCP en respectant certains délais.

« Je ne peux pas dire pour le moment ce que je recherche dans le cadre de ma requête. Mais je veux obtenir des informations supplémentaires des policiers au dossier sur le rôle de l’individu qui a fourni les détails du plan de mon client », a précisé Me Belliard.

Jimmy Bouchard

Arrestation

Bouchard, âgé de 43 ans, a été arrêté au début du mois de décembre 2016 après que les policiers de la SQ aient appris qu’il préparait une infraction criminelle afin de se débarrasser de son ex-conjointe.

Bouchard se serait confié à une personne. Celle-ci serait allée raconter les plans de l’homme de Saint-Stanislas, au Lac-Saint-Jean, aux agents de la SQ.

Le corps de police a utilisé un agent d’infiltration afin d’en apprendre davantage sur les intentions de l’accusé.

L’agent aurait analysé le dossier durant près d’un mois. Les dispositifs d’enquête ont alors été mis en place afin d’éviter qu’un crime soit commis.

Les détails dévoilés lors de la comparution de l’individu au Palais de justice de Chicoutimi avaient démontré que l’agent d’infiltration était équipé d’un dispositif d’enregistrement numérique de type «body-pack» afin de récolter les intentions ou les aveux du suspect.

Juste avant de procéder à son arrestation, les policiers de la SQ ont mené une perquisition au domicile de l’homme et y ont découvert des armes à feu et du matériel explosif, comme de l’acétone et de l’ammoniac.

Selon les informations obtenues, Jimmy Bouchard avait mené une vie assez rangée jusqu’au moment de son arrestation. Il est sans antécédent judiciaire. 

Il n’a pas été possible de connaître les raisons pour lesquelles Bouchard aurait planifié ce plan machiavélique pour se défaire à jamais de la femme.

Au final, l’intervention policière aura empêché l’accusé de passer à l’acte ou de faire en sorte qu’un autre individu puisse mener le projet à terme.