Jean-François Lalonde a écopé d'une amende après avoir plaidé coupable à une accusation d'avoir dépassé la limite permise des dépenses électorales.

Jean-François Lalonde: une omission qui coûte cher

L'ex-candidat municipal Jean-François Lalonde est condamné à une amende totale de 6264 $ pour avoir dépassé la limite des dépenses autorisées lors de la campagne électorale municipale de 2013. L'accusation initiale de manoeuvre électorale frauduleuse a été retirée.
M. Lalonde a réglé son dossier, mercredi matin, au Palais de justice de Chicoutimi, devant le juge Michel Boissonneault.
L'histoire de l'ancien candidat indépendant du quartier 14 s'est déroulée quelques jours avant le début de la dernière campagne électorale de Saguenay. M. Lalonde avait pris la décision de faire livrer ses dépliants électoraux par Postes Canada. Il croyait que tout pourrait être fait avant le début de la campagne électorale et par le fait même avant que les dépenses électorales ne soient comptabilisées. 
Mais une partie des tracts électoraux ont été distribués après le début de la course électorale. N'étant pas au courant, M. Lalonde n'a pas inscrit cette dépense dans son rapport, contrevenant ainsi à la loi électorale. Même s'il avait droit à 4568 $, il n'avait déclaré que 4281 $, ce qui n'incluait pas la portion des tracts électoraux.
« Mon client a dépassé la limite autorisée de quelques centaines de dollars seulement. Il a reçu l'amende minimale de 5000 $, à laquelle il faut ajouter les frais de 1264 $ pour une facture totale de 6264 $, car M. Lalonde a plaidé coupable à une accusation moindre », a mentionné Me Charles Cantin.
« L'accusation initiale de manoeuvre électorale frauduleuse est très importante. Si M. Lalonde en avait été reconnu coupable, il se serait vu interdire toute participation à une campagne électorale pendant cinq ans et aurait pu être interdit de voter pour la même période », reprend Me Cantin.
Celui-ci souligne que Jean-François Lalonde a été ostracisé dans les médias. Certains ont même allégué une fraude électorale.
En fait, un membre de la presse nationale avait fait un lien avec sa démission de son poste de trésorier de l'aile québécoise du Parti libéral du Canada et l'accusation de manoeuvre électorale frauduleuse. 
« Je n'ai jamais eu d'intention frauduleuse. J'ai été très transparent et j'ai moi-même communiqué avec le Directeur général des élections pour lever le drapeau rouge dans l'histoire de mes tracts électoraux. J'ai même appris dans les médias qu'une accusation avait été déposée contre moi », a mentionné Jean-François Lalonde.
« Je suis bien content de la conclusion de toute cette affaire, même si ça va me coûter assez cher. Mais je vais me relever et je n'écarte pas la possibilité de tenter à nouveau ma chance au niveau municipal », a précisé M. Lalonde.