Invasion de domicile à Alma: trois complices plaident coupables

Trois des huit jeunes hommes impliqués dans l’invasion de domicile survenue le 9 février 2016 à Alma ont plaidé coupables à des accusations réduites, lundi.

Mathieu Côté, Gabriel Desbiens et Nicolas Brassard ont reconnu leurs gestes devant le juge Pierre Lortie, au palais de justice d’Alma.

Une mère et ses enfants, rappelons-le, avaient eu toute une frousse en voyant apparaître une bande de jeunes débarquer dans sa résidence de la rue des Joncs. Le groupe avait rebroussé chemin, après avoir fouillé rapidement la maison à la recherche d’un autre individu. 

Accusés au départ d’invasion de domicile, les trois hommes dans la jeune vingtaine ont finalement accepté de plaider coupables à des accusations de complot dans l’intention de commettre de l’intimidation. En effet, ces trois individus ont joué un rôle plus «  passif  » dans cet événement.

Brassard a acheté les cagoules, mais il ne s’est pas déplacé à l’adresse en question. Côté et Desbiens étaient bel et bien sur place. Selon la preuve, ils ne sont toutefois pas introduits à l’intérieur comme les autres, dont Olivier Simard, l’un des instigateurs de cette invasion. Ce dernier a d’ailleurs reçu une sentence de prison de deux ans moins un jour.

« Pour mes clients, on parle d’une participation passive. Mais le seul fait d’être sur les lieux, c’est un crime. Les trois jeunes hommes, sans antécédents judiciaires, font face à la justice pour un événement qui ne les concernait même pas, où ils n’avaient pas d’intérêt. Ils ont été pris dans l’énervement », estime Me Fradette.

Tout a commencé la veille de l’invasion, alors qu’Olivier Simard reçoit une raclée pour une affaire de drogue et d’argent. Voulant se venger de ses agresseurs, Simard a rassemblé des amis pour établir un plan. Une douzaine de jeunes ont fait partie de ce complot. Quatre individus, qui se sont sauvés des lieux en voyant l’escalade de violence, n’ont pas été accusés. Les complices ont fracassé la fenêtre de la porte pour s’introduire à l’intérieur. Les huit autres jeunes ont été formellement traduits en justice, dont Therry Collard, Marc-Olivier Gagnon et William Turbide. Quant à Brassard, Desbiens et Côté, ils reviendront en cour en mai prochain pour les représentations sur la sentence.