Dave Martel a été accusé de vol qualifié et de possession d’une arme prohibée, soit un poing américain.

Introduction chez des personnes âgées: des accusations déposées

Pascal Grandisson et Dave Martel ont été accusés de vol qualifié, de séquestration et de port de déguisement après qu’ils se soient introduits chez des personnes âgées.

Les deux hommes, dont les intérêts sont représentés par Me Julien Boulianne, étaient de retour au Palais de justice de Chicoutimi une semaine après avoir été appréhendés.

Accusés initialement d’introduction par effraction, les deux hommes ont vu Me Élyse Tremblay, du bureau du Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP), déposer huit nouveaux chefs d’accusation contre les deux individus.

Pascal Grandisson joue gros dans cette affaire, car une peine minimale de quatre années de pénitencier l’attend, advenant un plaidoyer de culpabilité.

Grandisson fait maintenant face à une accusation de vol qualifié avec une arme à feu, alors que Martel est accusé de possession d’une arme prohibée, soit un poing américain. Les deux hommes demeurent derrière les barreaux en attente de leur enquête de remise en liberté, fixée au 4 octobre.

Me Charles Cantin, qui était au tribunal vendredi matin, a déjà fait savoir qu’il était pour contester l’accusation de vol qualifié avec une arme à feu, surtout que si Grandisson devait être reconnu coupable, il se retrouverait au pénitencier pour une peine minimale de quatre ans.

Les deux individus et un troisième complice, Éric Lemieux (représenté par Me Denis Otis), se seraient donc introduits dans un appartement où résident des personnes âgées, que le trio ne connaissait pas.

Les motifs de cette introduction ne sont pas encore connus, mais les trois hommes demeurent incarcérés et ne peuvent communiquer entre eux durant leur séjour au Centre de détention de Roberval.

Une femme avait aussi été arrêtée puis relâchée en lien avec cette affaire.