Il tente de voler un hélicoptère militaire pour aller dans le Sud

Un individu qui a tenté de s’introduire dans un hélicoptère militaire, en novembre, afin d’aller dans le Sud, a plaidé coupable à des accusations de méfait, vendredi, pour avoir perturbé les opérations de l’aéroport de Bagotville.

Maxime Desmeules, un Jonquiérois de 25 ans, a utilisé un taxi pour se rendre à Bagotville. Après avoir traversé l’aéroport civil, il a ensuite franchi une porte bloquée par des cordons, dont l’accès était réservé aux employés. C’est ce qui l’a mené sur l’aire de trafic de l’aéroport.

Un hélicoptère s’apprêtait à décoller au même moment. Le jeune homme s’est dirigé vers l’appareil, avant que les membres de l’équipage le remarquent et l’empêchent de s’installer aux commandes. Il disait vouloir se rendre dans le Sud. L’accusé a un lourd passé de consommation et des problèmes de santé mentale.

La police militaire est arrivée sur les lieux. Collaboratif au début, Maxime Desmeules s’est montré rapidement agressif lorsque les agents de la paix l’ont fouillé. Fortement intoxiqué, il avait un discours incohérent. Il a fallu trois hommes pour l’immobiliser.

Sa mésaventure a eu des conséquences importantes à l’aéroport de Bagotville. Des mesures d’urgence ont dû être mises en place et ont paralysé l’aéroport pendant plusieurs heures. La base militaire a évalué ses mesures de sécurité à la suite de l’événement.

L’accusé a été arrêté et relâché sous promesse de comparaître devant un tribunal. Deux jours plus tard, au Lac-Saint-Jean, il a été arrêté à nouveau pour conduite dangereuse et méfait. Il a purgé 102 jours d’emprisonnement avec trois ans de probation pour ces crimes.

Maxime Desmeules fait aujourd’hui l’objet d’un suivi médical. Il reste sous probation et doit revenir le 31 août pour la suite des procédures.