Evens Perron, âgé de 20 ans, a pu recouvrer sa liberté après s’être engagé à respecter plusieurs conditions.

Il aurait filmé une ado en train de se changer

Le Laterrois Evens Perron a été accusé de production, de possession et de distribution de pornographie juvénile et de voyeurisme, vendredi, au Palais de justice de Chicoutimi. L’homme de 20 ans aurait filmé une adolescente à son insu, alors qu’elle se changeait pour enfiler son maillot de bain. Il aurait ensuite partagé la vidéo sur Internet.

Evens Perron, qui a des antécédents judiciaires en matière de recel et d’introduction par effraction à la Chambre de la jeunesse, a brièvement comparu devant le juge, vendredi en fin d’avant-midi. Il avait été arrêté la veille par les policiers de Saguenay et avait passé la nuit derrière les barreaux.

Selon ce qu’il a été permis d’apprendre, les événements se seraient produits entre juillet 2017 et mai 2018. En juillet 2017, alors que Perron était âgé de 18 ans, il aurait invité une jeune fille de moins de 16 ans à se baigner chez lui. Il en aurait profité pour installer au préalable un appareil – possiblement un téléphone – dans la salle de bains, afin de la filmer lorsqu’elle irait se changer.

Selon l’acte d’accusation, le partage de la vidéo se serait fait plusieurs mois plus tard, soit en mai 2018. Les images auraient été partagées via messagerie.

La Couronne s’est opposée à la remise en liberté de Perron, à moins qu’il respecte plusieurs conditions. Pour recouvrer sa liberté, Evens Perron s’est engagé à ne pas avoir accès à un appareil électronique, tel qu’un téléphone ou un ordinateur, à annuler son abonnement à Internet, à se trouver chez lui ou chez ses parents, entre 21 h et 8 h le matin, et à ne pas se trouver en présence d’un mineur ou à proximité d’un parc, d’une cour d’école ou d’un terrain de jeu. Une caution de 300 $ a également dû être versée au tribunal.

Le jeune homme a accepté les conditions énoncées et a pu sortir par la grande porte du palais de justice, aux alentours de midi.

La procureure de la Couronne, Me Nicole Ouellet, a expliqué que le chef d’accusation de voyeurisme a été déposé puisque la présumée victime, en plus d’être filmée, a été épiée dans un endroit où elle se croyait seule et en sécurité.

C’est le criminaliste Me Charles Cantin qui a comparu pour le jeune homme, en remplacement de Me Julien Boulianne, qui devrait reprendre la cause.

Me Cantin a préféré ne pas entrer dans les détails du dossier, puisqu’il venait à peine de recevoir la preuve.

Evens Perron sera de retour en cour le 21 juin.