Huit chefs d'accusation pour un ado

Un adolescent de 15 ans a comparu jeudi matin sous huit chefs d'accusations reliés à deux agressions au couteau, survenues lundi et mercredi, à Jonquière et à Chicoutimi.
L'adolescent arrêté hier et incarcéré depuis ce temps s'est présenté devant la juge Sonia Rouleau, de la Chambre jeunesse de la Cour du Québec, pour prendre connaissance des graves accusations portées contre lui.
Pour la journée du 10 février, il est accusé d'agression sexuelle armée d'un couteau, de séquestration, de possession d'un couteau et d'entrave.
Pour celle du 12 février, il doit répondre de chefs de voies de fait armées, séquestration, vol qualifié et possesion d'un couteau.
L'adolescent d'allure frêle et au crâne rasé a comparu en présence de sa mère en larmes. Il est sous garde fermée et le restera jusqu'à lundi, le temps de décider s'il peut être confié à la garde de ses parents, sous conditions, d'ici la tenue d'un éventuel procès.
Son avocate, Me Roseline Bouchard-Zee, a plaidé non coupable en son nom.
Coup d'éclat
Alors qu'il semblait contrarié mais calme, l'humeur de l'adolescent a subitement changé quand la juge lui a annoncé qu'il serait détenu jusqu'à lundi.
«Je ne serai probablement pas là (lundi).
«Je serai en petits morceaux dans une boîte.
«Je cherche juste à m'en "chrisser" une dans la tête.
«Tant qu'à faire, on va régler ça comme il faut!»
Nullement décontenancée, la juge Rouleau l'a invité à faire preuve de courage au cours des prochains jours.
En quittant la salle d'audience, le mécontentement de l'adolescent s'est manifesté par un coup violent sur la porte de sortie.  Après son départ, il était possible de l'entendre fraper sur les murs, exprimant ainsi la colère qu'il a ressentie durant sa comparution.
L'avocate du Directeur des poursuites criminelles et pénales, Me Nicole Ouellet, a interprété cette manifestation bruyante comme un geste de détresse de la part de l'adolescent.