Les policiers de la Sûreté du Québec ont fait savoir aux motards qu’ils ne devaient pas mettre la sécurité des citoyens en danger.

Hells Angels au Saguenay : la SQ montre ses couleurs

Malgré des menaces envers un porte-parole de la Sûreté du Québec (SQ) à l’automne 2017, mais rapportées récemment, et même si des patrouilleurs ont accordé une certaine surveillance aux motards identifiés aux Hells Angels dans la dernière semaine, dans la région, la SQ soutient qu’aucune mesure particulière n’est mise en place, actuellement, pour arrêter les membres de l’organisation criminalisée.

Uniquement au cours du premier week-end des vacances de la construction, trois événements ont retenu l’attention au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Aucun incident n’est survenu, mais les policiers de la Sûreté du Québec ont fait savoir aux motards qu’ils devaient respecter le Code de la sécurité routière et le Code criminel canadien, et qu’ils ne devaient pas mettre la sécurité des citoyens en danger.

Tout a commencé lorsqu’un patrouilleur de la Sûreté du Québec a procédé à l’interception d’une dizaine de motocyclistes dans la Réserve faunique des Laurentides, vendredi dernier, entre Saguenay et L’Étape.

Les individus, dont des membres des Hells Angels, ont refusé, au départ, de collaborer aux directives de l’agent. Celui-ci voulait vérifier si les silencieux respectaient le Code de la sécurité routière. Devant le manque de collaboration, le policier a sorti son pistolet à impulsion électrique (Taser gun).

Ce geste a rapidement été filmé par un des individus interceptés et transmis ensuite sur les réseaux sociaux.

« Notre patrouilleur a fait son travail et a agi selon les règles de l’art. Il a été confronté à des individus qui ne collaboraient pas. On peut penser qu’ils ne se rendaient pas à l’épicerie. Si des gens n’ont pas aimé l’intervention de notre policier, ils n’ont qu’à s’adresser à la Commission de déontologie policière », explique Guy Lapointe, inspecteur et directeur des communications pour la SQ.

Certains commentaires ont aussi été émis sur le fait que le policier n’avait pas remis de contraventions aux motards.

Les policiers de la Sûreté du Québec ont été très visibles au cours de la fin de semaine notamment auprès des motards des Hells Angels.

« Le policier a vérifié si les motocyclettes respectaient le Code de la sécurité routière. Les propriétaires des véhicules et le public n’ont pas à s’inquiéter, les propriétaires des motos recevront leur infraction par la poste. Notre agent n’était pas obligé de remettre les billets sur place », ajoute M. Lapointe.

Deux interventions
Les interventions de la SQ ne se sont pas arrêtées là. Au cours de la fin de semaine, la SQ a installé son poste de commandement entre Saint-Bruno et Saint-Gédéon. L’opération visait surtout à sensibiliser les automobilistes à la sécurité routière dans le cadre des vacances de la construction.

Mais là aussi, des motards ont été interceptés et vérifiés.

Le directeur des communications à la Sûreté du Québec, Guy Lapointe, estime que le policier avait fait son travail lors de l’intervention survenue dans la Réserve faunique des Laurentides.

« Oui, nous avons arrêté, là aussi, des motards identifiés aux Hells Angels. Il s’agit d’une intervention fortuite, car notre présence à cet endroit n’était pas destinée aux motards. »

De plus, les policiers de la SQ ont pris part à une autre intervention, celle-là ciblée, dans le cadre du rassemblement des Hells Angels à Saint-David-de-Falardeau, au cours de la fin de semaine.

Les agents ont vérifié que les motocyclistes respectaient le Code de la sécurité routière et que personne ne se trouvait sous mandat d’arrestation, en plus d’assurer la sécurité des citoyens.

M. Lapointe précise qu’il ne s’agit pas d’une réplique de la SQ aux menaces lancées à son endroit et à celle de son père, Guy Lapointe, un ancien défenseur du Canadien de Montréal. L’histoire a été rapportée récemment par Le Journal de Montréal.

« Ces menaces remontent à l’automne 2017. Nous ne savons pas si elles proviennent des Hells Angels. Malgré tout, il n’est pas question pour nos policiers de se laisser intimider. Si les Hells affichent leurs couleurs, la SQ va aussi montrer ses couleurs. C’est ce que nous avons fait », a conclu Guy Lapointe.

Il précise que les événements de la fin de semaine se sont déroulés rondement, sans aucun problème.