La maison de chambres est située à la hauteur de la statue de la Fée des bois.

Grave incendie au centre-ville de Chicoutimi

Un homme âgé dans la fin de la trentaine repose entre la vie et la mort à la suite d’un incendie survenu mercredi en milieu de soirée, dans une maison de chambres située au 734 rue Racine, à Chicoutimi. Le brasier a également jeté sur le pavé une douzaine de personnes.

Selon les informations divulguées par le chef aux opérations du Service de sécurité incendie de Saguenay, Francis Desjardins, les pompiers ont reçu un appel vers 20 h 30 après que des passants aient aperçu de la fumée émanant du troisième étage de l’immeuble. Une quinzaine de pompiers à bord de cinq camions-incendie ont été dépêchés sur place en raison de l’intensité du brasier. « Lorsque nous sommes arrivés sur place, les flammes étaient importantes. On a procédé à l’évacuation des personnes à l’intérieur. Nous avons eu à évacuer une victime qui se trouvait au troisième étage », explique M. Desjardins. Le travail des pompiers a permis de confiner les flammes au seul étage de l’immeuble sans propagation aux autres parties du bâtiment. Rapidement, l’homme dans la fin de la trentaine a été pris en charge par les ambulanciers qui ont procédé à des manoeuvres de réanimation durant de longues minutes puisque la victime était en arrêt cardio-vasculaire avant d’être conduite à l’hôpital de Chicoutimi, selon Daniel Gagnon, superviseur ambulancier. 

Les ambulanciers et les pompiers ont effectué des manoeuvres de réanimation sur un homme âgé dans la trentaine.

L’un des témoins et résidant de l’immeuble, Dominic Morin, a affirmé que les flammes sortaient du troisième étage à une hauteur d’au moins huit pieds. « C’est moi qui ai averti les autres locataires. Il y en a une qui voulait retourner à son appartement pour aller chercher sa sacoche, je lui ai dit pas question », a confié le témoin.

Les circonstances exactes de l’incendie feront l’objet d’une enquête puisque trois enquêteurs de la Sécurité publique de Saguenay ont été dépêchés sur place, selon le lieutenant Jean-François Imbeault. Pour ce qui est des personnes évacuées et laissées sans logis, des responsables de la Croix-Rouge étaient en route afin de leur venir en aide.