Grand-père incestueux: 21 mois

Un grand-père qui a tiré profit de l'affection de sa petite-fille de 14 ans en obtenant des contacts sexuels avec elle est condamné à 21 mois d'incarcération.
Représentante du Directeur des poursuites criminelles et pénales, Me Marie-Josée Hamelin-Gagnon réclamait une sentence de 30 mois pour sanctionner «trois ou quatre» touchers à la vulve, au vagin et aux seins de l'adolescente perturbée.Le grand-père de 62 ans espérait quant à lui une sentence de six mois alors que le Code criminel prévoit une peine minimale obligatoire de 45 jours de prison pour un geste de la moindre gravité.
Le juge Pierre Lortie a finalement penché du côté de la Couronne en raison du caractère prémédité des gestes qui se sont étalés sur une période de deux mois, en 2010, et du lien de confiance avec sa victime.
L'adolescente a aussi accusé deux autres membres de sa famille pour des gestes semblables: le premier a été condamné à 21 mois tandis que l'autre doit subir son procès en avril.
L'adolescente bénéficie d'un interdit de contact avec son grand-père, à moins qu'elle ne prenne l'initiative de communiquer avec lui.
En se dirigeant vers les cellules, le grand-père a fait un dernier salut aux membres de sa famille présents dans la salle d'audience.  Une femme est sortie en sanglotant.
Le juge Lortie a fait observer dans sa décision que les gestes des abuseurs ont eu un effet sur les membres de la famille en plus de la victime.  Il a ordonné que l'accusé participe à une théraphie et qu'il s'inscrive et maintienne ses coordonnées à jour pendant 20 ans au Registre national des délinquants sexuels.