Fraude de 50 000 $ contre un CPE

Le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) vient de déposer officiellement 17 chefs d’accusation de fraude de moins de 5000 $ contre une ancienne directrice du Centre de la petite enfance Les Souriceaux de Saint-Prime. Au total, elle est accusée d’avoir fraudé le CPE pour 50 000$.

Me Julie Lajoie, de la Couronne, a fait part des chefs d’accusation devant la juge Sonia Rouleau, vendredi matin, au Palais de justice de Roberval. Me Luc Tourangeau, en défense, a enregistré des plaidoyers de non-culpabilité pour certains chefs d’accusation et a retenu l’orientation pour une prochaine étape des procédures judiciaires.

Carole Lechasseur serait parvenue à soutirer les sommes d’argent sur une période d’environ neuf ans. Arrivée en poste à la fin des années 2000, l’accusée a été congédiée de son poste en 2018 après que des membres du CPE aient découvert les fraudes.

La Couronne a remis la preuve à Me Tourangeau lors de la comparution, à laquelle l’accusée n’a pas assisté.

Le dossier a été reporté au 28 novembre, le temps que le criminaliste puisse analyser la preuve qui lui a été déposée par le ministère public.

Si le passage au tribunal n’était destiné qu’à la comparution, vendredi matin, la prochaine étape servira à déterminer si une enquête préliminaire sera tenue afin de permettre à la défense de mesurer la solidité de la preuve de la Couronne ou encore pour fixer une date de procès.

Selon les archives, Carole Lechasseur est connue du milieu des centres de la petite enfance, elle qui a déjà oeuvré pour un CPE de Saguenay et qui a occupé le poste de présidente du Regroupement régional des services de garde.