Me Julien Boulianne est parvenu à faire libérer ses trois clients qui auraient été impliqués dans une bagarre à Jonquière.

Footballeur défiguré: troisième complice arrêté

Les policiers de Saguenay ont réussi à mettre la main au collet de Jordan Bradette, considéré comme le troisième complice de la violente altercation contre un joueur des Gaillards du Cégep de Jonquière, de la Ligue de football collégial A (3e division).

Bradette, âgé de 20 ans, a été arrêté jeudi et a comparu vendredi matin au Palais de justice de Chicoutimi. Comme ses deux présumés complices, Charly Tremblay et Alex Leblond, il a été en mesure de recouvrer sa liberté, sous de sérieuses conditions.

Les trois individus sont accusés de voies de fait graves, de voies de fait causant des lésions et de voies de fait armées.

Tremblay aurait frappé un joueur de l’équipe de football avec une bouteille de bière cassée, alors que Leblond et Bradette auraient assisté à la scène et auraient fait le guet afin de ne pas être dérangés. La victime a subi une profonde lacération au visage, qui a nécessité une opération de quelques heures.

Le procureur du bureau du Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP), Me Jean-Sébastien Lebel, a discuté et négocié avec son homologue de la défense, Me Julien Boulianne, afin d’établir les diverses conditions à présenter à la juge Isabelle Boillat, de la Cour du Québec.

Tremblay et Leblond se sont engagés en déposant un montant de 200 $, en s’engageant pour 5000 $ sans dépôt et ont même dû demander une caution supplémentaire à leur mère pour une somme de 5000 $, aussi sans dépôt.

Quant à Bradette, qui est originaire de Saint-Félicien, il a réussi à éviter le cautionnement d’un parent en déposant 300 $ et en s’engageant pour un montant de 10 000 $ (sans dépôt).

Les trois hommes ne peuvent communiquer entre eux (sauf pour préparer leur cause avec leur avocat) et ne peuvent importuner, communiquer ou se rendre au lieu de travail ou d’études des présumées victimes dans cette affaire.

Les individus devront respecter un couvre-feu de minuit à 7 h, n’ont pas le droit de fréquenter les bars, de consommer de l’alcool ou des stupéfiants et ne peuvent avoir des armes en leur possession.

« Et pour ce qui est du cannabis, il est toujours illégal », a même précisé Me Lebel.

Les dossiers des trois prévenus reviendront devant le tribunal le 23 octobre afin de déterminer s’ils demanderont la tenue d’une enquête préliminaire, d’un procès ou si encore ils prendront la décision de plaider coupable.

L’Oeil de la victime sauvé
Il faut se souvenir qu’une sévère altercation s’est déroulée le 26 août dans un bar de la rue Saint-Dominique. C’est ce soir-là que le joueur d’origine étrangère des Gaillards a été frappé avec un tesson de bouteille de bière. Il a subi une profonde lacération au visage et l’un de ses deux yeux avait aussi été atteint.

Cet événement faisait suite à une bagarre, qui n’aurait pas été générale, survenue la veille dans un établissement hôtelier de la rue Saint-Dominique.

Selon une source qui était sur les lieux, « trois personnes se sont échangé des coups et un mouvement de masse s’est créé, ce qui a pu laisser croire à une bagarre générale. Mais ce n’était pas une bagarre générale », a-t-on indiqué.

« Concernant l’état de santé du footballeur, on peut vous dire que son oeil est sauvé. Nous l’avons accompagné chaque fois que cela a été nécessaire. Il a même pu reprendre ses cours », a précisé France Tremblay, du service des communications du Cégep de Jonquière.

Rien ne dit que l’athlète pourra reprendre sa carrière de footballeur à court ou moyen terme, mais selon nos informations, il entend demeurer au Canada pour le moment.