Roger Gagnon aurait commis ses agressions sexuelles sur des employées du restaurant Folie Bouffe de Chicoutimi. Il s’expose à une peine maximale de 14 années de détention.

Folie bouffe: accusations d'agressions sexuelles

Roger Gagnon, l’ancien propriétaire du restaurant-bar Folie Bouffe, de la rue des Roitelets à Chicoutimi, fait officiellement face à trois accusations d’agressions sexuelles sur d’anciennes employées.

Le dossier de l’homme de 60 ans (il aura 61 ans en mai) est apparu sur le rôle du Palais de justice de Chicoutimi, mercredi matin, où les accusations sont tombées.

Me Jean-Sébastien Lebel, du bureau du Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP), a mentionné que les faits reprochés à Gagnon se sont déroulés entre le 1er septembre 2014 et le 1er mars 2015 pour la première présumée victime. Pour la deuxième, les gestes auraient eu lieu entre le 1er décembre 2016 et le 1er avril 2017, alors que la troisième personne aurait été agressée à une seule reprise, le 16 juin 2017.

Selon les informations obtenues, Roger Gagnon, dont le restaurant a ensuite été fermé, aurait touché les seins et les fesses de l’une de ses employées. Il aurait aussi mis ses mains au postérieur d’une autre employée du commerce.

Quant à la troisième plaignante, il semble que le patron aurait sorti son pénis de son pantalon et aurait assis cette personne sur lui alors qu’elle portait une jupe. Il aurait tenté d’avoir une pénétration. 

Une des victimes aurait enregistré une conversation avec le client de Me Jean-Marc Fradette au moment où il lui mettait ses mains aux fesses. 

Elle lui a demandé ce qu’il faisait là et il aurait dit qu’il lui tripotait les fesses. 

Le dossier a été remis au 17 juillet. La défense devrait faire connaître sa position finale dans ce dossier. Gagnon n’était pas présent au tribunal pour l’occasion.