Fausse alerte à la bombe sur la rue William: l’auteur envoyé en examen psychiatrique

Le Chicoutimien Alex Dion, soupçonné d’avoir appelé la police pour une alerte à la bombe, est envoyé à l’hôpital de Chicoutimi pour y subir un examen sur la responsabilité criminelle.

L’individu de 23 ans a comparu mardi après-midi devant le juge Pierre Lortie, de la Cour du Québec, afin de subir son enquête de remise en liberté.

Mais Me François Dionne, qui représente les intérêts de l’accusé, a suggéré que son client soit envoyé au département psychiatrique avant de poursuivre les procédures judiciaires.

«Oui, nous avons demandé à ce qu’il soit évalué sur sa responsabilité criminelle. Mon client éprouve des problèmes de santé mentale», indique Me Dionne.

Lundi, les policiers du Service de police de Saguenay (SPS) ont déployé un contingent de patrouilleurs sur la rue William, à Chicoutimi, afin de répondre à une alerte à la bombe.

Dion, qui possède des antécédents judiciaires, avait lui-même communiqué avec le 911 pour signaler la présence d’une bombe dans un logement.

Il a précisé aux policiers qu’il avait installé l’engin explosif dans le logement d’une personne avec qui il venait d’avoir une dispute. Et il a ajouté que la bombe devait exploser dans un délai de 60 minutes.

Les policiers et des pompiers du Service des incendies de Saguenay se sont déplacés sur la rue William afin d’établir d’abord un périmètre de sécurité et entreprendre les analyses nécessaires afin de vérifier si une bombe était présente dans un logement.

Au bout d’une heure de travail et de recherche, il a été déterminé qu’il s’agissait d’une fausse alarme.

Alex Dion a été placé en état d’arrestation et a ensuite été envoyé à l’hôpital de Chicoutimi pour y recevoir les soins appropriés à sa situation.