Faits divers en bref

La peine d’un multirécidiviste connue vendredi

Le juge Michel Boudreault déterminera vendredi s’il fait encore confiance à Daniel Tremblay ou si il l’envoie derrière les barreaux en raison de ses nombreux manquements aux ordonnances du tribunal.

L’homme de 74 ans a plaidé coupable, en novembre 2018, à une septième infraction en matière de conduite en état d’ébriété ou de conduite pendant interdiction.

Le multirécidiviste avait pourtant été condamné, à la fin du mois de janvier 2017, à 12 mois de prison pour avoir enfreint les règles du Code criminel canadien.

Afin de s’assurer que Daniel Tremblay, du boulevard Sainte-Geneviève, à Chicoutimi-Nord, ne serait pas tenté de conduire à nouveau, le tribunal lui avait imposé une interdiction de conduire de cinq ans à sa sortie de prison.

Huit mois après avoir été condamné, Tremblay est sorti de détention, soit en octobre 2017. Pendant un an, il a respecté la loi ou ne s’est pas fait prendre au volant.

Mais le 23 octobre 2018, le septuagénaire a été pris à conduire son véhicule, soit moins d’une année après la mise en application de l’interdiction de conduire de cinq ans.

Mardi, Me Marianne Girard, du bureau du Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP), a demandé une peine de détention de deux années moins un jour pour les derniers faits reprochés à l’accusé. Elle rappelle que le droit de conduire est un privilège et que lorsque les gens enfreignent la loi, ils le perdent et doivent en subir les conséquences.

« Je crois qu’il doit y avoir une gradation dans la peine. La dernière fois, M. Tremblay a écopé d’une peine de 12 mois de détention. La société veut un message clair sur les conduites en état d’ébriété et les conduites pendant interdiction. C’est un fléau qui est souvent dénoncé », a indiqué Me Girard.

« Il faut aussi se demander si son problème de consommation est résolu. Il est âgé de 74 ans et il a toujours pris une petite bière après la journée de travail. C’est ancré en lui et il a encore de la difficulté à reconnaître sa problématique de consommation d’alcool », a soumis la procureure de la Couronne.

Me Jean-Marc Fradette, qui représente les intérêts de Tremblay, a plutôt suggéré une peine de 12 à 24 mois à purger en société afin de permettre notamment à l’homme de continuer à travailler à la confection d’armoires.

« En novembre, le tribunal a pris le risque de laisser mon client en liberté afin qu’il puisse terminer un contrat d’armoires. Il avait une bouée pour démontrer qu’il pouvait s’en sortir ou couler avec. Il a bien répondu au tribunal. Je pense que le risque est encore assumable aujourd’hui », a précisé le criminaliste.

« Et si mon client ne respecte pas les conditions de remise en liberté, il sait très bien qu’il terminera la peine que vous allez lui imposer en prison. Et si monsieur a trouvé difficile de voir la police débarquer chez lui à quelques reprises afin de vérifier s’il respectait les conditions, il doit savoir que ce sera probablement plus astreignant avec le service de probation », a commenté Me Fradette.

Le juge livrera la peine vendredi.

+

LE WALMART DE PLACE DU ROYAUME ÉVACUÉ

(Jonathan Hudon) — Le magasin Walmart de Place du Royaume a été évacué, mardi avant-midi. 

La quantité de neige trop importante sur le toit près des abris a forcé des équipes à procéder au déneigement d’urgence. Selon les premières constations, les services d’urgence n’ont pas été sollicités, mais des équipes se préparaient à amorcer le travail, vers 12h30. 

«Compte tenu des conditions météorologiques des derniers jours et à la suite de recommandations d’experts, notez que le magasin Walmart sera fermé temporairement le temps d’effectuer quelques travaux préventifs. Nous vous tiendrons informés dès la réouverture», a écrit Place du Royaume sur sa page Facebook. 

Le centre commercial est demeuré ouvert et accessible pendant les opérations de déneigement.

+

VOL DANS UN GUICHET

(Anne-Marie Gravel) — Les policiers de la Sûreté du Québec sont à la recherche d’un individu qui a tenté de commettre un vol dans un guichet automatique de la Banque Nationale dans la nuit de lundi à mardi, à Alma. 

L’individu a causé des dommages importants au guichet automatique installé dans une succursale de la rue Sacré-Coeur. 

Une enquête est en cours afin de tenter de retracer l’individu qui avait pris soin de briser les lumières du plafond afin d’éviter d’être vu.