Stéphane Girard a reçu une peine de 12 mois du juge Paul Guimond.

Facultés affaiblies: Stéphane Girard écope de 12 mois

Acquitté d’avoir causé la mort de son ami pendant une randonnée de motoneige, Stéphane Girard écope d’une peine de 12 mois de prison pour avoir conduit avec les facultés affaiblies.

Il s’agit d’une sixième condamnation en matière d’alcool au volant pour le quadragénaire de Saguenay.

Le multirécidiviste, rappelons-le, a été accusé en 2015, à la suite d’un accident survenu à Lac-Kénogami. Girard avait remorqué son ami, dont la motoneige était tombée en panne. Mais pour une raison qui demeure inconnue, la victime n’a pas été en mesure de prendre la courbe et a frappé de plein fouet un panneau de signalisation. Il est décédé sur les lieux.

En juin dernier, à l’issue d’un procès, Girard a été blanchi de l’accusation d’avoir causé la mort du motoneigiste, mais a été trouvé coupable de facultés affaiblies. 

La Couronne réclamait deux ans de pénitencier, alors que l’avocat de Girard, Me Charles Cantin, demandait un sursis de sentence, en raison de la réhabilitation « exemplaire » de l’accusé. Le juge Paul Guimond a tranché avec une peine de 12 mois de détention. Ce dernier a toutefois reconnu les efforts de l’accusé qui a complété avec succès une thérapie et n’a pas consommé d’alcool depuis 34 mois. 

« Je pense qu’on a fait la démonstration de sa réhabilitation, ce qui est relativement rare dans des cas semblables. Le tribunal l’a souligné d’ailleurs que c’était un cas de réhabilitation, mais que ce n’était pas une réhabilitation acquise. Le rapport laissait percer le risque de récidive de façon minimale, mais quand même. On est déçu, mais on tourne la page », exprime Me Cantin.

Il reste sept mois de prison à purger pour Girard. Mais si tout se déroule bien, il pourrait sortir au printemps prochain, compte tenu du principe des libérations conditionnelles.