Les enquêteurs de la SQ poursuivent leur travail afin de retrouver le ou les auteurs du meurtre de Norbert Fortin, qui est mort des suites de coups portés par une arme blanche tranchante et piquante.

Ex-policier Norbert Fortin: tué avec une arme tranchante et piquante

Norbert Fortin, un ex-policier de la Sûreté du Québec (SQ), est mort de façon violente à la suite de coups portés par une arme blanche « tranchante et piquante ». Le meurtrier de cet homme de 64 ans n’a toujours pas été épinglé.

Le coroner Carol Gagné a rendu public, mercredi, son rapport en lien avec le décès de M. Fortin, survenu le 15 octobre 2017.

« Norbert Fortin est décédé d’un polytraumatisme causé par une arme blanche tranchante et piquante. Il s’agit d’une mort violente », rédige le coroner.

C’est la sœur du défunt qui a fait la macabre découverte en se rendant au domicile de Norbert Fortin, à Sainte-Hedwidge, au moment où elle voulait entreposer sa motocyclette pour l’hiver. Il était environ 11 h 30. Le décès a été confirmé à 12 h 18 par un médecin de l’Unité de coordination clinique des services préhospitaliers d’urgence.

Selon le rapport, la victime gisait sans vie au bas de l’escalier.

« Un examen externe et une autopsie ont été pratiqués au Laboratoire de sciences judiciaires et de médecine légale à Montréal. Le pathologiste a pu déterminer la cause du décès de Norbert Fortin par la nature des blessures qu’il a retrouvées sur le corps de celui-ci. »

« Les analyses technologiques n’ont pas permis de mettre en évidence des drogues usuelles et d’abus dans les substances biologiques analysées », écrit le coroner Gagné.

Étant donné que l’enquête n’est pas terminée, le coroner ne peut révéler de détails sur les circonstances du meurtre. Celles-ci le seront lorsque tout le processus criminel sera terminé.

Sous enquête

La mort de l’ancien policier de la Sûreté du Québec remonte à plus de 18 mois. Les enquêteurs des crimes contre la personne de la SQ n’ont toujours pas mis la main sur celui ou ceux qui auraient enlevé la vie de l’individu de 64 ans.

À la SQ du Saguenay-Lac-Saint-Jean, on confirme que l’enquête se poursuit, mais qu’il n’y a rien de nouveau.

Les motifs de ce meurtre ne sont donc pas connus. Quelques hypothèses ont déjà été émises pour expliquer cette triste histoire, comme une vengeance ou un vol qui aurait mal tourné.

Accusé et acquitté

Ce meurtre a suscité de nombreuses réactions dans la petite localité de Sainte-Hedwidge, même si les citoyens ne connaissaient pas très bien la victime. Selon eux, Norbert Fortin semblait un citoyen plutôt discret.

L’ex-policier a cependant déjà eu affaire à la justice. En 1999, il a été acquitté des accusations qui pesaient contre lui pour voies de fait, menace de mort et séquestration d’un jeune homme de 21 ans.

Il avait aussi été accusé de conduite avec les facultés affaiblies.

Les événements seraient survenus en septembre 1998. Un procès de quatre jours avait eu lieu et le juge Jean-Paul Aubin l’avait acquitté considérant le manque de crédibilité du témoignage de la victime.

Fortin avait été suspendu de ses fonctions durant la durée des procédures et une enquête interne avait été amorcée.

Il a pris sa retraite peu de temps après son acquittement à l’âge de 46 ans.