Évaluation psychiatrique pour Labrie

Un psychiatre évaluera l'état mental du présumé auteur de la séquestration du Comfort Inn de Chicoutimi, survenue au cours de la fin de semaine. Le tribunal souhaite ainsi déterminer sa responsabilité criminelle au moment de l'événement.
Ce sera la première fois, selon son avocat, que Bernard Labrie, 40 ans, sera examiné, malgré plusieurs condamnations antérieures pour des confrontations avec des policiers, incluant un siège devant l'escouade tactique à Québec, il y a quelques années.
Me Olivier Théorêt de l'Aide juridique a informé la Cour du Québec que son client est sujet à une dépression profonde depuis plusieurs années et que, au cours d'une entrevue, le prévenu lui a déclaré: «Je suis devenu mongol et je ne savais plus ce que je faisais.»
Bernard Labrie fait face à 12 chefs de séquestration, menaces et voies de fait envers une femme et des policiers.  Le représentant du Directeur des poursuites criminelles et pénales, Me Jean-Riel Naud, a indiqué au tribunal que des accusations additionnelles sont à l'examen avec un complément  d'enquête.
Les événements portent sur les 8 et 9 mars à Chicoutimi.