Gilbert Desrosiers est coupable de vol à l’endroit du IGA de Chicoutimi.

Épicerie impayée de 1296$: Gilbert Desrosiers coupable

Gilbert Desrosiers est coupable d’avoir volé une somme de 1296 $ aux propriétaires du marché d’alimentation IGA Extra de Chicoutimi. Il reste à savoir s’il sera en mesure de rembourser la somme, et peut-être obtenir une absolution inconditionnelle, ou s’il aura un sursis de sentence accompagné de travaux communautaires.

L’homme a entendu le juge Michel Boudreault, de la Cour du Québec, prononcer un verdict de culpabilité à son endroit. Le magistrat a conclu que l’accusé avait, sans l’ombre d’un doute, l’intention de priver le marché d’alimentation d’une somme d’argent et a donc rejeté sa version des faits.

L’histoire remonte à septembre 2015. Desrosiers, qui est en attente d’un procès pour fraude auprès de Mélanie Boucher et de son entreprise, avait prévu une réception à son domicile pour une trentaine d’invités pour le souper.

Il passe sa commande au téléphone auprès du IGA et demande à ce qu’on lui livre les vivres à son domicile d’Arvida. Avant que la commande arrive, il rappelle pour faire ajouter pour 600 $ à 700 $ de steaks et de bouteilles de vin parmi les plus dispendieuses.

Lorsque le livreur passe à la maison, Desrosiers lui dit qu’il n’a que 775 $ en argent sur lui. Le commis lui dit de passer au commerce et de payer la commande.

Il avise que sa secrétaire (qu’il n’a pas) verra à faire le paiement en début de semaine pour ensuite dire qu’il passera lui-même payer. Au final, Desrosiers n’a jamais mis les pieds au IGA. 

Il dira même au juge que son avocat lui a recommandé de ne rien faire étant donné que le dossier se trouvait en Cour.

« Vous avez fait preuve de malhonnêteté dans vos paroles. Au moment où le IGA vous a dit de payer avant le 4 novembre 2015 sinon des procédures seraient intentées, vous vous êtes mêlés dans vos réponses. Vous avez laissé voir qu’être à son compte représentait des risques et que vous en faisiez partie », indique le juge Boudreault. 

« IGA n’a pas pris de risque. C’est une épicerie que vous avez faite, vous n’avez pas acheté une voiture. IGA voulait être payé, c’est tout. Et si vous vouliez prendre des arrangements, comme vous l’avez mentionné, c’était à vous de vous rendre au marché d’alimentation et non pas à eux de courir après vous », a poursuivi le magistrat.

Invraisemblances

Le juge Boudreault a d’ailleurs noté plusieurs invraisemblances dans le témoignage de Desrosiers.

L’accusé a laissé voir à de nombreuses occasions qu’il n’a jamais voulu frauder ou voler le marché d’alimentation et que son intention avait toujours été de payer.

Pourtant, rappelle le magistrat, la gérante du commerce vous a donné du temps pour payer votre facture. La commande a été faite le 19 septembre et elle lui a laissé jusqu’au 31 octobre pour le faire.

« Vous dites que vous avez appelé dès le lundi suivant la réception. Je ne vous crois pas, car votre secrétaire, que vous n’avez même pas, devait passer porter un chèque. En plus, vous avez dit que celle-ci partirait de Blainville pour payer la facture. C’est invraisemblable. En somme, vous n’aviez pas l’argent pour payer la facture. Vous avez donné le numéro de votre carte de crédit, en disant de ne pas l’utiliser, sachant qu’elle était à la limite. »

« Vous avez été négligent et vous avez fait preuve d’aveuglement, car vous ne saviez même pas le montant de la facture en effectuant votre commande », de mentionner le juge Boudreault.

Me Nicole Ouellet, du bureau du Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP), favorise le remboursement de la totalité de la facture. À défaut, elle demandera un sursis de sentence et des travaux communautaires.

En défense, Me Marie-Ève St-Cyr, de l’Aide juridique, a fait valoir que son client souhaite obtenir une absolution inconditionnelle.

« Moi, j’aimerais bien avoir un rapport présentenciel complet afin de bien connaître l’accusé devant moi. Dans ma décision, je vais tenir compte du fait que la somme dérobée a été remboursée ou non », a souligné le juge, sans promettre d’accorder une absolution inconditionnelle.

Gilbert Desrosiers a laissé voir qu’il s’organiserait pour rembourser le marché d’alimentation. Les représentations sur sentence se dérouleront le 6 avril.