En policier pour attirer les mineurs

Mathieu Sergerie, 26 ans, a plaidé coupable à une myriade d’accusations de nature sexuelle, mercredi, au palais de justice de Chicoutimi, dont leurre informatique et production de pornographie juvénile. Le Baieriverain se faisait passer pour un policier pour appâter ses victimes. Au moins quatre garçons d’âge mineur ont été identifiés, mais Sergerie a avoué avoir fait plusieurs autres victimes avec ce même stratagème.

Les faits reprochés remontent à 2016 dans la région de Charlevoix. Sergerie travaillait comme mécanicien dans un garage effectuant l’entretien de véhicules policiers. Il a alors réussi à mettre la main sur des articles d’uniforme, dont un insigne de la Sûreté du Québec. Il utilisait ensuite ces équipements sur Internet pour se faire passer pour un policier. 

Une victime a dénoncé Sergerie qui a été arrêté en 2017. Libéré sous conditions, l’homme de 27 ans a ensuite déménagé à Saguenay. Mais quelques mois plus tard, il a été arrêté de nouveau pour des gestes de même nature. 

« Il avait accès à des véhicules patrouille. Il s’est d’ailleurs filmé à l’intérieur d’une des voitures. Il utilisait ces équipements sur Internet dans l’espoir de faire certaines rencontres », précise Me Sébastien Vallée, représentant du ministère public dans ce dossier. 

En plus des accusations de pornographie juvénile et de leurre informatique, Sergerie a notamment plaidé coupable d’avoir exhibé ses parties génitales, incité un mineur à les toucher, d’avoir employé des équipements policiers et de nombreux bris de probation.

L’homme de 27 est détenu depuis son arrestation à Saguenay. Il devrait obtenir sa sentence au printemps. 

La défense et la Couronne ont demandé la confection d’un rapport présentenciel et sexologique.