Marc-Étienne Côté est en attente de procès à propos de la mort d’Israël Gauthier-Nepton.

En attente de son procès pour meurtre, Marc-Étienne Côté est exaspéré

Le rappeur David Gilbert, accusé de vol qualifié, aura droit à son procès devant jury à compter du 4 novembre. Les parties ont prévu trois semaines d’audition. La gardienne d’enfants Stéphanie Frenette devrait aussi subir son procès devant 12 citoyens au début de 2020. Quant au présumé meurtrier Marc-Étienne Côté, il est apparu exaspéré après deux années de détention et aimerait bien avoir une date de procès lui aussi.

Le juge coordonnateur de la Cour supérieure du Québec, Raymond W. Pronovost, a tenu les assises criminelles de l’automne 2019, jeudi.

Gilbert est accusé d’introduction par effraction et d’un vol qualifié avec une arme à feu dans un dépanneur de Jonquière en compagnie de deux complices. Les événements ont eu lieu en avril 2018.

Mercredi, Me Nicole Ouellet, du bureau du Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP), et Me Louis Belliard, en défense, ont tenu une rencontre préparatoire. À la conclusion de la journée, il a été déterminé que le procès pourrait se tenir devant un jury pour une période de trois semaines à compter du 4 novembre.

Un peu plus de 450 candidats seront invités à se présenter au Palais de justice de Chicoutimi pour déterminer la formation des 12 membres du jury.

Par ailleurs, le DPCP a reçu la contre-expertise dans le dossier de la gardienne d’enfants Stéphanie Frenette.

Cette dernière est accusée de voies de fait graves à l’endroit d’un bambin de 22 mois. On lui reproche d’avoir brassé l’enfant dont elle avait la garde, à sa résidence de la rue Bégin, à Chicoutimi. Les parents avaient récupéré leur enfant dans un piteux état en février 2017.

«Nous allons avoir besoin de quatre journées hors jury pour débattre d’une requête et d’un voir dire», a exprimé Me Ouellet.

«La Couronne a déjà annoncé avoir besoin de deux semaines pour présenter sa preuve, alors que j’aurai besoin d’une autre semaine pour faire entendre mes témoins. Au total, nous aurons besoin d’un mois de cour pour ce dossier, incluant les plaidoiries», a ajouté Me Julien Boulianne, qui représente les intérêts de l’ex-gardienne d’enfants.

Une date sera fixée en janvier.

Côté exaspéré

Par ailleurs, le Jonquiérois Marc-Étienne Côté a montré de l’exaspération devant les délais dans son dossier, où il est accusé du meurtre non prémédité d’Israël Gauthier-Nepton.

L’événement est survenu dans la nuit du 21 novembre 2016 au centre-ville de Jonquière. Rapidement, Côté avait été identifié comme un suspect, mais il était introuvable.

Il a été capturé en août 2017, à Montréal, à la suite d’une dénonciation. Il est détenu depuis un peu plus de deux ans et aucune date n’a encore été fixée pour la tenue de son procès devant jury.

«Je veux que la Couronne donne à mon avocate, Me Mélissa Gagnon, toute la preuve qu’elle détient. On le demande, mais on ne nous la donne pas. Je veux bien que l’on dépose nos requêtes, mais ça me prend de la preuve. Je suis tout de même accusé de meurtre», a lancé Côté.

À quelques occasions, l’accusé a lancé quelques blasphèmes à l’endroit du juge Pronovost et a même lancé qu’il devrait prendre sa retraite.

Le magistrat a tenté de lui expliquer que ce n’était pas au DPCP à fournir deux ou trois copies de la preuve parce que l’accusé avait pris la décision d’avoir deux avocats à son dossier. Me Sébastien Saint-Laurent et Me Mélissa Gagnon mènent le dossier de Côté.

«C’est à vos procureurs de se parler et de s’entendre pour se remettre la preuve. Si vous n’avez pas de date de procès, ce n’est pas la faute du tribunal ou de la Couronne», a poursuivi le juge.

Le dossier a été reporté aux assises criminelles de l’hiver 2019-2020, soit le 4 décembre.