Elle s’absente trois fois du tribunal

Une jeune femme de 21 ans a eu droit à la clémence du juge après avoir été arrêtée pour un vol à l’étalage alors qu’elle était recherchée par la justice.

La cliente de Me Nicolas Gagnon, de l’Aide juridique, a été appréhendée jeudi après-midi après avoir commis un vol dans le commerce Walmart de Chicoutimi.

Elle s’est présentée au Palais de justice de Chicoutimi, devant le juge Michel Boudreault, de la Cour du Québec, après avoir passé la nuit dans une cellule du quartier général du Service de police de Saguenay.

Le problème avec la jeune femme, qui est toujours sans antécédent judiciaire, c’est qu’elle a été citée à comparaître le 17 septembre 2017 pour un premier vol à l’étalage, mais elle a omis de se présenter.

Le tribunal lui a signifié une nouvelle date de comparution pour octobre 2017. L’accusée brillait toujours par son absence. Un mandat visé a été signifié.

Les policiers lui ont remis le mandat avec la promesse de comparaître le 3 septembre 2018. Un mandat d’arrestation a été lancé à ce moment.

Vendredi matin, au moment de comparaître devant le tribunal, l’accusée a levé le voile sur la raison de ses absences.

« Je me suis levée en retard et je croyais qu’il était alors trop tard pour me présenter en cour. Je me suis réveillée à 11 h. Je n’avais pas de téléphone pour appeler au palais de justice et je n’ai pas pensé m’y présenter. Mais moi je ne connais pas ça la justice », a d’abord expliqué la cliente de Me Gagnon.

Questionnée par Me Élyse Tremblay, du bureau du Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP), l’accusée s’est mise à pleurer, en tentant de justifier son absence.

Elle s’est impatientée lorsque la procureure de la Couronne a fait valoir qu’elle avait été absente à trois reprises auparavant. Elle a précisé n’avoir jamais reçu les papiers de la Cour.

« Vous allez cesser de pleurer, ça ne changera rien. Ça fait deux ans que la justice court après vous. Je vais vous remettre en liberté et vous reviendrez régler vos dossiers ensuite », a indiqué le juge Boudreault.

Elle devrait enregistrer des plaidoyers de culpabilité le 13 décembre pour les deux vols à l’étalage.