Deux individus ont plaidé coupables à des vols à l'étalage devant le juge Pierre Lortie, de la Cour du Québec. Chaque fois, ils ont glissé des emballages de fromage dans leur poche.

Du fromage qui coûte cher

Le crime ne paie pas, dit le dicton. Deux individus l'ont appris à leurs dépens en écopant de travaux communautaires pour de petits vols. Et ils n'ont même pas eu l'opportunité de savourer le fruit, plutôt les fromages, de leur vol.
Au lendemain de la finale du football professionnel américain, le Super Bowl, où la pizza et les ailes de poulet étaient en demande, il aura plutôt été question, lundi matin, de fromage au Palais de justice de Chicoutimi.
Deux individus ont plaidé coupables à des vols à l'étalage devant le juge Pierre Lortie, de la Cour du Québec. Chaque fois, ils ont glissé des emballages de fromage dans leur poche.
Mais les deux hommes n'ont pas réussi à franchir la porte de sortie des commerces. Ils ont été interceptés par les membres de la sécurité.
Ils ont dû remettre l'objet de leur convoitise, soit des paquets de 7 $ et de 9 $.
Le premier accusé, client de Me Julien Boulianne, devra effectuer 20 heures de travaux communautaires. C'est sans compter que l'individu a passé les trois derniers jours en prison.
Quant au deuxième accusé, représenté par Me Jean-François Têtu, son vol lui coûte 50 heures de travaux communautaires en raison de crimes commis par le passé, soit entre 1999 et 2007.