Donald Ouellet accepte les délais

Le fraudeur Donald Ouellet accepte de rester en prison encore plusieurs mois afin de subir son procès devant un juge et un jury et non pas devant un juge seul à la Cour du Québec.

Ouellet, un Chicoutimien de 52 ans, est accusé d’une tentative d’extorsion de 100 000 $. En mars dernier, il a demandé à ce que son procès se déroule devant un jury. Une date pourrait être fixée le 13 septembre.

Par contre, Ouellet avait en quelque sorte renoncé à faire la même chose pour les accusations d’intimidation et d’entrave au cours de la justice dans ce même dossier.

Au cours des derniers jours, le multirécidiviste de la fraude et de l’escroquerie a voulu changer son fusil d’épaule et être jugé devant 12 citoyens.

Sauf qu’il n’avait pas respecté les délais imposés par le tribunal. Et la juge Sonia Rouleau, de la Cour du Québec, ne pouvait lui accorder cette possibilité. Elle devait, pour y parvenir, avoir l’autorisation du Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP), ce que Me Karen Inkel a accepté de faire.

« Mais vous devez être conscient que les délais pour un procès seront beaucoup plus longs à la Cour supérieure du Québec qu’à la Cour du Québec. Votre dossier sera transféré au prochain terme des assises criminelles, le 13 septembre, et il est probable que vous ne puissiez avoir une date procès avant le début de 2019 », a fait savoir la juge Rouleau.

Incarcéré depuis le 28 juin 2017 (11 mois), jour de son arrestation, Ouellet sait très bien qu’il passera les sept ou huit prochains mois derrière les barreaux.

« Je n’ai aucun problème avec les délais et avec le fait de remettre le dossier aux assises criminelles », a répondu l’accusé, qui a par le fait même renoncé à son enquête préliminaire.

Me Karen Inkel a expliqué que les accusations d’intimidation et d’entrave à la justice font partie de la même trame factuelle que la tentative d’extorsion.

Selon la preuve, Ouellet aurait tenté d’intimider, par le biais d’une autre personne, le plaignant à retirer sa plainte. Il a par le fait même entravé le cours de la justice.

Ouellet, qui a subi une attaque cardiaque en mars dernier à la prison de Roberval, a déjà effectué cinq années de pénitencier pour une tentative de fraude de 80 000 $. Il a aussi passé quelques mois à l’ombre pour du harcèlement criminel.