Patrick Lessard, qui a reçu lundi une sentence de cinq ans pour avoir battu sa conjointe, a vu sa sentence s'alourdir de 10 mois pour avoir commis des voies de fait en prison.

Dix mois de plus pour Patrick Lessard

Patrick Lessard doit ajouter 10 mois à sa sentence de cinq ans de pénitencier, prononcée lundi, pour avoir battu son ex-conjointe à deux occasions.
Les 10 mois additionnels couvrent des voies de fait et l'entrave aux agents des services correctionnels pendant son séjour en détention préventive l'an dernier.
Le 21 mars 2013, il a lancé un contenant de son urine à deux codétenus et a résisté à des agents des services correctionnels venus le contrôler.
Hier, Patrick Lessard a plaidé coupable aux deux accusations et le juge Richard Daoust lui a imposé une sentence correspondant à la suggestion de son avocate et de l'avocat du Directeur des poursuites criminelles et pénales. L'avocate de la défense a tenté d'expliquer le geste de son client en alléguant que ce dernier, en secteur de protection à cause de la nature de ses crimes, avait été préalablement aspergé par les deux détenus qui passaient près de lui.
Lessard aurait décidé de passer aux actes le jour même et de rendre la pareille aux codétenus réguliers.
Lessard a plusieurs antécédents de violence. L'an dernier, il s'est rendu chez son ex-conjointe qui refusait de modifier son témoignage et de retirer une plainte à son endroit.
Il s'est rendu à son domicile, est entré de force, l'a battue et l'a traînée dehors où il a continué de la battre. Les policiers appelés en renfort l'ont vu les mains ensanglantées et ont constaté le visage tuméfié de sa victime.
Slemelin@lequotidien.com