Dix-huit mois de prison pour une «job de bras»

La «job de bras» qu'est venue faire Sylvain Brideau à Saint-François-de-Sales le prive de 18 mois de liberté. Le juge Pierre Lortie lui a imposé cette peine vendredi au Palais de justice de Roberval.
L'homme de La Salle avait tenté de recouvrer une dette de drogue de 10 000$ pour le compte du crime organisé. À l'été 2013, Brideau et son complice Carl Desbiens se sont introduits dans la résidence de Martin Deschenes pour lui faire peur avec une arme et le forcer à payer sa dette. Les choses ont mal tourné et une altercation s'en est suivie.
L'homme de 34 ans aurait pu obtenir une peine plus sévère. En revanche, Pierre Lortie a noté sa reprise en main. Il a un emploi stable et son employeur est pleinement satisfait. Son arrêt de consommation d'alcool et de drogue et le soutien qu'il porte à son fils sont des facteurs atténuants.
Par contre, un rapport prédécisionnel évaluait ses risques de récidive à élevés surtout qu'il possède une feuille de route criminelle bien remplie.
Son avocat Francis Boucher avait réclamé une peine discontinue de quatre mois assortie d'une amende 5000$ et de travaux communautaires. La Couronne, pour sa part, exigeait quatre ans d'emprisonnement.