Discussion autour de la relation sexuelle «complète»

Patrice Michaud s’est engagé devant la juge Isabelle Boillat à plaider coupable le 27 juin dans un dossier d’agression sexuelle sur une mineure. Son avocat, Me François Dionne, avait besoin d’informations supplémentaires sur la condition médicale de son client afin de poursuivre les procédures. L’homme, qui vit en résidence pour personnes âgées, a entre autres de la difficulté à se déplacer.

Michaud aurait eu des rapports sexuels complets avec sa victime qui était mineure au moment des faits. Les agressions répétées, environ deux fois par semaine, se seraient produites il y a plus de 50 ans, entre le 6 avril 1964 et le 6 avril 1966. Sa victime aurait été contrainte à garder le silence pendant plusieurs années alors que Michaud lui mentionnait qu’il allait se suicider dans le cas d’une dénonciation.

Michaud a eu de la difficulté à admettre les faits, ayant une définition différente d’une relation sexuelle complète. Il croyait que l’éjaculation était nécessaire pour la mention complète alors que la procureure de la Couronne, Me Nicole Ouellet, lui a expliqué que la pénétration était suffisante. Elle a ajouté que les circonstances du délai de dénonciation étaient également très graves et que la Couronne était prête à procéder dès maintenant.

Il a finalement admis les faits en exprimant qu’il avait hâte que le processus se termine. Le plaidoyer de culpabilité sera officiellement entendu le jeudi 27 juin devant le juge Pierre Lortie qui devrait déclarer Patrice Michaud coupable. Il s’est engagé à plaider coupable à cette date. Les représentations sur sentence seront également entendues lors de cette journée.