Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le comportement des deux policiers a éclaboussé toute la communauté policière, selon le Directeur de la SPS, Denis Boucher.
Le comportement des deux policiers a éclaboussé toute la communauté policière, selon le Directeur de la SPS, Denis Boucher.

Deux policiers dans un rassemblement: une tache sur l'image des policiers du Québec

Laura Lévesque
Laura Lévesque
Le Quotidien
Patricia Rainville
Patricia Rainville
Le Quotidien
Article réservé aux abonnés
Deux policiers du Service de police de Saguenay (SPS) ont été suspendus avec solde, jeudi, à la suite de la diffusion d’images montrant les deux agents et leurs proches réunis dans une même yourte, à Saint-David-de-Falardeau, alors que la loi l’interdit.

Le directeur du corps policier, Denis Boucher, a confirmé la suspension, en conférence de presse, jeudi, quelques heures après que l’information ait été diffusée sur les ondes d’une station de radio du Saguenay.

« On met beaucoup d’énergie à sensibiliser nos employés. On sait que les projecteurs sont sur nous. Les gens nous regardent et malheureusement, on a appris ce matin que deux policiers avaient été pris sur Instagram, en train de ne pas respecter les règles de Santé publique », a déploré le directeur de la SPS.

Ce dernier a confirmé que les policiers, qualifiés de jeunes, recevront des constats d’infraction de 1546 $. Les trois autres personnes ayant participé au rassemblement auront également une amende.

Le directeur de la SPS a indiqué que les deux agents regrettent leurs gestes, mais qu’ils seront tout de même punis sévèrement. Ce n’est pas seulement l’image de la SPS qui a été entachée, mais celle de tous les policiers du Québec, selon M. Boucher.

« Les policiers ne sont pas fiers de leur coup, ils sont repentants, mais il ont commis les gestes. Ce que je veux dire, c’est qu’un événement comme ça, ça remet en cause… ça touche 225 policiers de Saguenay, mais aussi l’ensemble de la communauté policière. C’est clair qu’on est déçu. Il y a un dossier disciplinaire qui ouvrira, à savoir qu’ils ont nui à l’image du service policier. Les policiers ne s’en sortiront pas avec rien et ils seront traités plus sévèrement que la population. Mais il faut se rappeler que ce sont deux policiers. La grande majorité respecte les règles », a mentionné Denis Boucher.

Selon la radio, qui a mis la main sur cette vidéo diffusée en mode « Story » sur Instagram dans la soirée de mardi à mercredi, il y avait trois policiers sur les images. La SPS a quant à elle confirmé qu’elle a identifié deux policiers de son service sur ces images, ne donnant pas d’autres détails sur l’identité des autres personnes ou si l’une d’entre elles pouvait faire partie d’un autre corps policier.

Ce n’est pas la première fois que le Service de police de Saguenay est éclaboussé depuis le début de la pandémie. Un important foyer d’éclosion au sein des troupes avait éclaté à l’automne, après qu’un policier se soit présenté au travail avec des symptômes grippaux.

Dernièrement, une policière avait tenu des propos banalisant la pandémie via sa page Facebook. Une enquête interne avait été déclenchée.

Constat

Par ailleurs, les policiers de Saguenay ont remis un constat d’infraction pour non-respect du couvre-feu, dans la nuit de mercredi à jeudi. Un total de 65 véhicules ont été interceptés une fois le couvre-feu tombé, mais une seule personne n’avait pas de motif valable pour être à l’extérieur de sa résidence.

Le Service de police de Saguenay a également reçu neuf appels pour de possibles rassemblements, mais ils se sont tous avérés non fondés.