Deux frères de Saint-Ambroise n’ont plus peur l’un de l’autre

Les frères Bertrand et Robert Claveau, de Saint-Ambroise, ont convenu en cour qu’ils ne craignaient plus pour leur vie. Les hommes, âgés dans la soixantaine, avaient porté plainte l’un contre l’autre, en mai dernier, pour menaces. La situation était quelque peu délicate, puisque les deux frères sont voisins, mais vivent un conflit qui date de plusieurs années.

Messieurs Claveau habitent dans le même rang, à Saint-Ambroise. Mais ils ne se parlent plus depuis des années.

En mai dernier, Bertrand Claveau avait porté plainte contre son frère, Robert, pour menaces. Selon lui, Robert, qui était sur un tracteur, lui aurait fait un signe mimant qu’il lui coupait le cou, alors que Bertrand se trouvait à proximité de son terrain. Robert Claveau avait ensuite porté plainte contre Bertrand, également pour une histoire de menaces.

Les dossiers des deux hommes s’étaient soldés par l’émission de mandats de paix, c’est-à-dire qu’aucune accusation n’avait été portée par le Directeur des poursuites criminelles et pénales, à condition qu’ils admettent chacun que l’autre avait pu craindre pour sa vie. Ils ne pouvaient pas s’importuner ni se parler.

Depuis, la paix était revenue dans le rang. De retour en cour vendredi, les frères Claveau ont convenu qu’ils ne craignaient plus pour leur vie et que le mandat de paix pouvait être révoqué.

Les frères ont ajouté qu’ils n’avaient pas l’intention de se réconcilier, mais que tout se passait bien depuis plusieurs mois.

« Je pense qu’il a compris », a dit Bertrand Claveau, en parlant de son frère.

« Tout va bien depuis que j’ai fait installer des caméras autour de ma maison », a rétorqué Robert Claveau.

Il faut dire que le conflit impliquant les deux frères a forcé les policiers à se rendre chez eux à de nombreuses reprises par le passé, puisque la chicane y éclatait. Un conflit de terrain serait à l’origine de cette mésentente.