Deux employeurs floués pour 5000$

La Chicoutimienne Joanie Gagnon écope d’une peine de détention de 90 jours, à être purgée de façon discontinue, pour avoir abusé de la confiance non pas d’un, mais bien de deux employeurs.

La jeune femme a reçu sa sentence de la part du juge Pierre Lortie, de la Cour du Québec. Elle était accusée de deux vols de moins de 5000 $ au marché d’alimentation IGA de Chicoutimi-Nord (environ 4500 $) et de l’Inter-Marché de Saint-Honoré (400 $) en 2014 et en 2015.

Me Sébastien Vallée, de la Couronne et Me Mario Bouchard, en défense, ont soumis une suggestion commune au magistrat. En plus de la peine de détention, la détenue sera soumise à une probation de 24 mois, incluant un suivi de 12 mois. Elle purgera sa peine les lundis et mardis au Centre de détention d’Orsainville, à Québec, là où elle demeure maintenant.

Selon le récit de Me Vallée, Joanie Gagnon bénéficiait de la confiance de ses employeurs au moment où elle a commis les vols, elle qui avait un problème de consommation de stupéfiants.

Au IGA, elle occupait un poste de superviseure et avait ainsi accès aux caisses de l’épicerie et au coffre-fort. Il a été difficile d’établir le montant exact soutiré aux propriétaires, mais celui-ci s’élèverait à environ 4500 $.

L’année suivante, Gagnon a été embauchée à l’Inter-Marché de Saint-Honoré, où elle a répété le même scénario, tout en subtilisant, illégalement, de la nourriture.

La sentence imposée tient aussi compte de l’abus de confiance, de la préméditation et de la récidive. Et aussi du fait qu’elle n’a pas offert une grande collaboration à la confection du rapport présentenciel, laissant l’agent de probation dans le flou. Pourtant, elle avait laissé une bonne impression à sa première et seule visite avec l’agent.