Après avoir passé sept de ses 22 mois de détention en prison, Jonathan Bergeron a repris sa liberté.

Desjardins mise en demeure

La famille de Pâquerette Desgagné et Céline Lavoie met en demeure la Caisse Desjardins de la Rive-Nord du Saguenay pour une somme préliminaire de 100 000 $. Elle lui reproche son « incurie et sa négligence » dans une affaire de fraude de plus de 74 000 $.

Me Suzy-Guylaine Gagnon, de Québec, doit déposer la requête vendredi matin au Palais de justice de Chicoutimi. Mme Desgagné et son défunt conjoint Maurice Lavoie, de Chicoutimi, ont été fraudés par le couple de Jonathan Bergeron et Sylvie Petitpas en 2015.

Bergeron donnait alors un coup de main aux deux personnes âgées. Il était parvenu à obtenir la confiance du couple au point d’utiliser leur carte de débit et leur voler des montants importants en peu de temps.

Les économies de M. Lavoie et Mme Desgagné ont fondu comme neige au soleil. Les deux fraudeurs ont été reconnus coupables et ont écopé de 22 mois de prison (Bergeron) et de 17 mois (Petitpas). 

Dans la requête, Me Gagnon précise que le couple de personnes âgées avait déposé une somme de plus de 50 000 $ à la Caisse Desjardins pour obtenir certains services.

« En tant que gestionnaire des sommes qui vous ont été confiées, notamment des sommes de plus de 10 000 $, vous avez failli à vos obligations imposées par la loi et par votre négligence, notre cliente a été victime d’une fraude importante, emportant toutes ses économies pour une valeur de plus de 74 000 $ », écrit-on.

« En aucun temps, votre institution financière n’a suivi ses propres règles pourtant bien établies. N’eût été votre incurie et votre négligence, les intérêts pécuniaires de Mme Desgagné auraient été pris en compte et cette dernière n’aurait pas subi des pertes aussi importantes », poursuit l’avocate.

Dans le document de trois pages, on y précise que la plaignante n’a jamais bénéficié des services d’un conseiller attitré même si la dame y a été cliente durant plus de 30 ans.

La requête souligne des lacunes importantes au sein du personnel et que ces lacunes ont ouvert la porte à une fraude importante étant donné qu’aucun filet de sécurité n’a été installé.

« Au surplus, votre institution financière a autorisé un prêt personnel de 10 000 $ de même qu’une carte de crédit de 2500 $ alors que Mme Desgagné n’a aucun historique de crédit. Cette situation aurait dû alerter les personnes en autorité alors que la dame a 82 ans et qu’au surplus, elle s’engageait à endosser une dette auprès d’une personne étrangère et inconnue de votre institution financière », précise-t-on.

De plus, aucun contrat n’a été remis à Mme Desgagné et aucune correspondance ne lui a été transmise en lien avec ce prêt et la carte de crédit.

« Vous avez mandaté une compagnie de recouvrement qui, de façon abusive, a harcelé notre cliente pour que celle-ci rembourse le prêt de 10 000 $ de même que les achats portés sur la carte de crédit. »

« Bien que notre cliente ait tenté plusieurs fois de vous aviser des manoeuvres abusives et harcelantes de cette compagnie, vous avez ignoré ou refusé d’intervenir, créant ainsi une situation de stress encore plus grande », renchérit Me Gagnon.

On y ajoute aussi que Céline Lavoie, la fille de Mme Desgagné, a aussi subi des pertes importantes en raison de nombreux déplacements afin d’aider ses parents et pour subvenir à leurs besoins.

« La présente est une réclamation que nous chiffrons actuellement à près de 100 000 $, somme à parfaire dans les prochaines semaines, vous sera réclamée et une procédure détaillée sera déposée sous peu », dit-on.

Déjà libéré

Concernant Jonathan Bergeron, il a été condamné en janvier 2017 à 22 mois de détention ferme. Il a été remis en liberté récemment après avoir passé sept mois en prison, soit le tiers de la sentence. 

Quant à sa conjointe, Sylvie Petitpas, elle a écopé de 17 mois de détention en juillet dernier.

« Nous avons été avisés que le fraudeur avait été remis en liberté il y a quelques semaines. Nous sommes déçus de la situation. Ce n’est vraiment pas drôle », a indiqué Mme Lavoie.