Des travaux communautaires pour un coup de bouteille

Délima Desterres-Valant est condamnée à 50 heures de travaux communautaires pour avoir frappé sa belle-soeur à l'aide d'une bouteille de bière.
Les événements se sont produits le 2 janvier 2016 à la suite d'une soirée bien arrosée en famille sur la réserve innue de Pessamit, sur la Côte-Nord.
La discussion a tourné au vinaigre lorsque l'accusée a émis des commentaires au sujet de son frère, le conjoint de la victime. Les deux femmes se sont empoignées, se tirant les cheveux.
« Les choses ont dégénéré lorsque Mme Desterres-Valant a pris une bouteille de bière en verre et a frappé sa victime au visage, lui causant un trauma-oculaire et un bleu au visage. Heureusement, les blessures n'ont pas été trop sérieuses », a expliqué Me Marie-Josée Hamelin-Gagnon, du bureau du Directeur des poursuites criminelles et pénales.
Malgré la violence de la bagarre, la procureure de la Couronne a ajouté que les deux femmes se parlent toujours et que les relations sont meilleures.
« Ma cliente veut se reprendre en mains. Elle est d'origine innue et vit à Pessamit. Elle a complété son secondaire III et est mère de deux enfants. À 25 ans, elle reprend les études demain (mercredi). De plus, la consommation d'alcool ne semble plus un problème », de préciser Me Marie-Ève St-Cyr, de l'Aide juridique.
Le juge Pierre Simard a entériné la suggestion commune des 50 heures de travaux communautaires à réaliser au cours des cinq prochains mois et ordonne un suivi probatoire de 12 mois notamment pour s'assurer que la problématique d'alcool est derrière l'accusée.
« La peine est relativement clémente en raison de la gravité du geste, mais elle est en même temps justifiée. Il vous sera tout de même interdit de communiquer avec la victime, à moins que celle-ci n'en fasse la demande », a conclu le magistrat Simard.