Les représentations sur la peine de Dave Martel et Éric Lemieux (en arrière sur la photo) avaient lieu lundi, au Palais de justice de Chicoutimi.
Les représentations sur la peine de Dave Martel et Éric Lemieux (en arrière sur la photo) avaient lieu lundi, au Palais de justice de Chicoutimi.

Des peines de sept et neuf ans de pénitencier demandées pour une intro chez des aînés

Patricia Rainville
Patricia Rainville
Le Quotidien
« Une résidence, c’est comme un sanctuaire. On a le droit de s’y croire à l’abri de toute violence. »

Reconnus coupables de s’être introduits par effraction chez un couple de personnes âgées il y a un an à Chicoutimi, Dave Martel et Éric Lemieux risquent sept et neuf ans de pénitencier. Le ministère public, représenté par Me Marie-Christine Savard, a plaidé pour une peine sévère, lundi, au Palais de justice de Chicoutimi. La défense, assurée par Me Denis Otis (Éric Lemieux) et Me Julien Boulianne (Dave Martel), demande plutôt des peines de trois ans de détention, puisqu’aucun coup n’a été porté et que les accusés ont vite quitté les lieux après s’être rendu compte qu’ils n’étaient « pas à la bonne place ».

Éric Lemieux et Dave Martel avaient été déclarés coupables, en juin dernier, d’introduction par effraction, de port d’armes dans un dessein dangereux, de séquestration, de port d’un déguisement dans le but de perpétrer un acte criminel et de vol qualifié chez un couple de personnes âgées. Ils étaient trois accusés dans cette affaire, mais Pascal Grandisson, pointé comme étant le leader du groupe par la poursuite, avait été acquitté par la juge de la Cour du Québec, Isabelle Boillat, puisque les deux autres accusés s’étaient incriminés en témoignant que Grandisson n’était pas impliqué dans l’affaire.

L’histoire remonte au 19 septembre 2019. Ce jour-là, Dave Martel et Éric Lemieux consomment des stupéfiants et de l’alcool dans un logement à Alma. Aux alentours de 17h, les réserves sont à sec et les hommes n’ont plus d’argent. Dave Martel a alors l’idée d’aller voler des stupéfiants chez un revendeur de Chicoutimi. C’est ce qu’a témoigné Dave Martel lui-même, lors du procès des trois coaccusés, qui s’est tenu au début de l’été, au Palais de justice de Chicoutimi.

L’introduction par effraction se déroule chez deux personnes, âgées de 72 et 67 ans, sur la rue Saint-Paul à Chicoutimi. Trois individus, le visage camouflé, y font irruption, armés de pistolets (qui s’avéreront non fonctionnels), d’un marteau et d’un bâton de baseball. Les occupants du logement sont séquestrés quelques instants et ne comprennent pas ce qui se passe. Les malfaiteurs se rendront compte rapidement qu’ils ne sont visiblement pas à la bonne adresse. « Eille, le gros, on n’est pas à la bonne place », dira Dave Martel à Éric Lemieux, pendant que le troisième individu dérobe des médicaments dans une chambre.

Finalement, ils montent au deuxième étage pour visiter un autre logement, mais repartiront sans avoir eu ce qu’ils voulaient.

Si Pascal Grandisson a été acquitté, on ignore qui était le troisième individu impliqué.

Éric Lemieux et Dave Martel ont lu des lettres d’excuses aux victimes, lundi, au Palais de justice. Les victimes n’étaient toutefois pas présentes en salle d’audience.

Ils ont tous les deux dit regretter leurs gestes.

La juge Isabelle Boillat rendra sa décision le 2 octobre prochain.