La prison de Roberval.

Des lacunes à la prison de Roberval

La prison de Roberval est directement visée dans le rapport de la protectrice du citoyen qui note de nombreuses lacunes.
Le manque d'agents correctionnels provoque des restrictions d'heures de visite et la fermeture de certains services. « Les problématiques soulevées touchent l'ensemble des établissements, mais Roberval présente des problématiques importantes, car l'ouverture a été improvisée et le mauvais fonctionnement se fait toujours sentir », déplore Mathieu Lavoie, président du Syndicat des agents de la paix en services correctionnels du Québec.
Au bureau du Protecteur du citoyen, on a indiqué que les constats étaient généraux et ne ciblent pas un établissement en particulier. Dans le rapport, on critique que les visites les fins de semaine sont impossibles dans des établissements et très restreintes dans d'autres. De plus, l'accès à certains services est difficile. 
« À Roberval, le gymnase n'est pas disponible parce qu'il manque de personnel. De plus, c'est très difficile pour les visites, le parloir est souvent fermé et c'est à cause du manque de personnel. C'est une prison neuve et moderne, mais il y a plein d'infrastructures qui prennent de la poussière, parce que non utilisées », ajoute le président.
Selon Mathieu Lavoie, il manquerait au moins une dizaine d'agents pour répondre convenablement aux besoins des 180 prisonniers. Ce manque d'effectifs oblige les agents à faire du temps supplémentaire, ce qui amène de l'épuisement. De plus, les changements dans le personnel-cadre ajoutent à la problématique.
La Protectrice du citoyen, Marie Rinfret, demande de respecter le principe de la confidentialité des rencontres client-avocat dans un quartier cellulaire.
« Le Protecteur du citoyen a reçu une plainte selon laquelle les échanges avec les personnes incarcérées dans les quartiers cellulaires d'un palais de justice pouvaient être entendus par des collègues et par les constables spéciaux. Ces allégations ont été corroborées par le ministère de la Sécurité publique. Ce dernier estimait toutefois ne pas pouvoir apporter des modifications immédiates aux installations avant la réalisation, plus tard, de travaux majeurs », déplore-t-elle dans le rapport. Une situation qui est vraisemblablement attribuable au Palais de justice de Roberval qui sera rénové bientôt.
Le criminaliste Denis Otis avait déploré cette situation au Quotidien il y a quelque temps.