Pascale Boily est décédée subitement.

Décès de Pascale Boily: le milieu judiciaire en deuil

Le milieu judiciaire du Saguenay-Lac-Saint-Jean est actuellement affecté par le décès subit de la directrice du service de la probation du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Pascale Boily.

La femme de 43 ans est décédée mercredi à l’hôpital de Chicoutimi des suites d’une crise de coeur.
Mme Boily occupait le poste de directrice par intérim des services professionnels correctionnels du Saguenay-Lac-Saint-Jean (mieux connu sous le nom de la probation) depuis octobre dernier à la suite du départ à la retraite de Johanne Boily.
La patronne de la probation s’était rendue à la prison de Roberval, mercredi, pour une rencontre lorsqu’elle a senti un malaise.
La dame a communiqué avec son conjoint, Justin Pagé, pour lui dire qu’elle éprouvait des douleurs dans le dos. Il lui a dit de se rendre à l’hôpital.
La directrice du service régional s’est immédiatement rendue au centre hospitalier de Roberval où les médecins ont diagnostiqué un infarctus. Elle a été transférée rapidement à Chicoutimi où elle a rendu l’âme.
« Pascale, c’est mon amie, ma chum depuis plusieurs années. Je ne viens pas juste de perdre une collègue de travail, mais une grande amie. C’est tout un choc pour le milieu judiciaire. Elle y oeuvrait depuis une quinzaine d’années. Elle a débuté comme agente correctionnelle », a mentionné Isabelle Langevin, celle qui a remplacé Pascale Boily comme chef d’équipe.
« On ne s’attendait pas à ça. Je n’ai jamais pensé en allant à l’hôpital mercredi que je repartirais en sachant que mon amie était décédée. C’est arrivé subitement », a ajouté Mme Langevin, avec émotions.
Celle-ci retiendra le grand sourire contagieux de sa grande amie, de sa bonté et du fait qu’elle était rassembleuse. Pascale Boily était une fille dynamique, pleine de projets.
« Elle était un pilier pour notre organisation, mais aussi pour sa famille et était très impliquée auprès de la Fondation MIRA et la fondation Jean-Allard », a précisé Isabelle Langevin.
Après avoir commencé comme agente correctionnelle à la détention de Roberval, Pascale Boily a gradué comme agent de probation, avant de devenir chef d’équipe, pour se retrouver à la tête du service.
Mme Boily laisse dans le deuil son conjoint Justin Pagé, ses enfants Valérie et Gabriel et sa petite-fille Laeticya.