Les quatre rabbins et le fils de l'un eux ont été inculpés de complot d'enlèvement, enlèvement ou tentative d'enlèvement.

D'autres charges contre Bernard

Louis Bernard, l'homme accusé d'avoir eu en sa possession une carabine .303 chargée, peu de temps après avoir présumément braqué sa conjointe, n'est pas au bout de ses peines.
Quatre nouvelles accusations de conduite dangereuse, de menaces, d'avoir braqué une arme et de l'avoir utilisée lors de la perpétration d'un autre crime, se sont ajoutées jeudi matin aux six accusations portées la veille, lors de sa première comparution après arrestation le 1er juillet.
Devant un dossier qui s'alourdit, l'avocate de Bernard, Me Marie-Ève St-Cyr demande un délai dans l'espoir de rassembler des garanties plus importantes que celles envisagées.
Louis Bernard a été arrêté mardi vers 23h pour excès de vitesse sur le boulevard de l'Université à Chicoutimi, puis accusé de conduite avec les facultés affaiblies. Une vérification de routime a permis de réaliser que le jour même, les policiers étaient intervenus deux fois à son domicile familial pour une dispute avec sa conjointe.  Aucune arrestation n'avait alors été faite.
Lors de l'interception routière, un policier a trouvé à vue une carabine derrière le siège du conducteur; elle s'est avérée chargée.
L'utilisation d'une arme lors de la commission d'un délit entraîne automatiquement une peine additionnelle d'un an d'incarcération.
Après l'arrestation, les policiers ont reçu une première déclaration de la femme, au cours de la nuit.  La femme a fait une deuxième déclaration après la comparution de l'accusé, au cours de laquelle elle aurait précisé avoir été menacée et braquée.
Bernard demeure en détention préventive, pour le moment.