Autant le verdict que la peine ont été portés en appel par l’avocat de la défense, Me Louis Belliard.
Autant le verdict que la peine ont été portés en appel par l’avocat de la défense, Me Louis Belliard.

Coupable d’homicide involontaire: Rodrigue Boivin demande un nouveau procès

Rodrigue Boivin, reconnu coupable de l’homicide involontaire d’Évans Robertson, en 2016, à Mashteuiatsh, demande la tenue d’un nouveau procès. La cause devrait être débattue en juin, devant les juges de la Cour d’appel du Québec. La défense conteste le verdict de culpabilité et la sentence de neuf ans de pénitencier dont a écopée Boivin en 2018.

Durant le procès devant jury, qui avait eu lieu au début de l’été 2018 au Palais de justice de Roberval, la défense, représentée par Me Louis Belliard, avait plaidé le principe de légitime défense pour expliquer la mort d’Évans Robertson. Ce dernier a été tué à coups de poing dans sa résidence de Mashteuiatsh, le 31 août 2016. L’ex-conjointe de Rodrigue Boivin se trouvait à cet endroit et avait témoigné au procès.

La victime avait subi d’importants traumatismes à la tête. L’homme a finalement succombé à ses blessures deux mois plus tard, alors qu’il était hospitalisé.

Au terme du procès pour homicide involontaire et de deux heures de délibération, le jury avait déclaré Rodrigue Boivin coupable et l’individu de 43 ans à l’époque avait écopé d’une peine de neuf ans de pénitencier.

Si la défense a porté le verdict de culpabilité en appel, c’est qu’elle estime que l’accusé n’a pas pu expliquer sa version (celle de la légitime défense), lors de son arrestation, puisqu’il avait suivi les conseils de son avocat, à savoir celui de garder le silence, a expliqué Me Louis Belliard.

«Si nous demandons un nouveau procès, c’est que la Couronne a reproché à mon client de ne pas avoir parlé de cette défense-là à la police, lors de son interrogatoire. Mais il ne faisait que suivre les conseils de garder le silence», a expliqué le criminaliste, estimant que son client a droit à un nouveau procès.

La cause devrait être débattue devant les juges de la Cour d’appel du Québec, le 15 juin prochain.

Autant le verdict que la peine ont été portés en appel par la défense, mais si les juges ordonnent la tenue d’un nouveau procès, il va sans dire que la durée de la peine n’aura pas à être débattue.

Soulignons que Rodrigue Boivin avait été acquitté des chefs d’introduction par effraction dans la résidence de la victime et de voies de fait contre son ex-conjointe.