Chaud au volant deux fois en un mois

Un individu de 38 ans évite la détention ferme même s’il a été pris à deux occasions en l’espace d’un mois pour une conduite avec les facultés affaiblies.

Joeffrey Beauchesne a été arrêté une première fois le 20 octobre 2017. Possédant un antécédent judiciaire en même matière datant de 2004, le Chicoutimien n’est pas demeuré en prison. Les policiers l’ont remis en liberté sous promesse de comparaître. Il a reçu le document officiel le 16 novembre pour une comparution en décembre.

Mais deux jours après avoir reçu son avis de comparution, soit le 18 novembre, il s’est fait prendre à nouveau en état d’ébriété. Les policiers ont noté sa conduite erratique. Ils l’ont arrêté, ont constaté une odeur d’alcool et remarqué une bière ouverte sur la banquette du passager. Il a soufflé des taux de .228 et de .217. Il a passé deux jours en détention.

Mardi, Me Sébastien Vallée, de la Couronne, a présenté au juge Richard P. Daoust, de la Cour du Québec, une suggestion commune pour le dossier du 20 octobre, soit une amende de 1250 $ et une interdiction de conduire de 12 mois.

Mais pour la deuxième affaire, Me Vallée et son homologue de la défense, Me Luc Tourangeau, ne s’entendent pas. La Couronne demandait 90 jours de détention et une interdiction de conduire successive de deux années.

La défense suggère plutôt une peine en collectivité et une interdiction de conduire d’une année. Me Tourangeau prétend que son client a bien compris la situation après avoir passé deux journées en détention. Il ne conduit plus depuis sa deuxième arrestation et ne consomme plus d’alcool non plus. Il veut conserver son emploi de mécanicien industriel.

Le tribunal a tranché en imposant une peine de neuf mois en collectivité, dont les trois premiers mois où il est assigné à domicile 24 heures sur 24 sauf pour le travail et des rendez-vous médicaux. Le juge ajoute une année sans conduire supplémentaire et consécutive à la première offense.

Détention
Un autre individu, Carl Lapointe, a été arrêté le 23 août 2016 pour conduite avec les facultés affaiblies. Un an plus tard, jour pour jour, il s’est fait prendre à nouveau.

Comme il s’agit d’une récidive, le client de Me Mélanie Décoste s’est vu imposer une peine de 30 jours de détention. Le Jonquiérois de 57 ans ne pourra conduire pour une période de deux années.