Jocelyn Bonneau avait été arrêté au bar de danseuses Le Foxy de Roberval.

Certains accusés avouent

Revirement dans le processus judiciaire découlant de l'Opération antidrogue Intérim du 17 janvier 2012.
Plus de deux ans et demi après la frappe policière menée à Roberval et Saint-Prime par la Sûreté du Québec et la Gendarmerie royale du Canada, voilà que plusieurs des accusés admettent finalement leurs torts.
Après discussions et négociations entre la poursuite et la défense, le dossier a franchi une nouvelle étape, hier, au Palais de justice de Roberval.
André Bilodeau a reconnu s'être retrouvé en possession simple de stupéfiants. Il a aussi plaidé coupable à des accusations de trafic et de possession en vue de trafic. L'individu a été arrêté au Bar Plus de Roberval en février 2012, un endroit à partir duquel il faisait la vente de stupéfiants.
Quant à lui, le Primois Camil Grenier a reconnu sa culpabilité à des accusations de trafic, possession en vue de trafic et recel d'une somme de moins de 5000$. Il admet aussi avoir mal entreposé une arme à feu.
Le procureur des accusés, Me Francis Boucher, indique que Jocelyn Bonneau disposera lui également de son dossier demain. Ce dernier a été arrêté au bar de danseuses Le Foxy de Roberval dont il était le gérant. Il fait face à des accusations en matière de vente de stupéfiants.
À la demande de la défense, des rapports présentenciel seront confectionnés dans les prochains mois pour ces trois individus. Leur cause a été remise au 28 novembre, tout comme celle d'Annette St-Hilaire. Elle est la mère de Mario Paré, celui qui dirigeait le vaste réseau démantelé.
Un autre suspect arrêté lors de l'Opération Intérim, Roby Allard, s'en est tiré pour sa part avec une amende de 400$. Il a admis avoir fait le trafic d'un comprimé de méthamphétamine.
Itremblay@lequotidien.com