Les flammes avaient pris naissance sur le balcon du quatrième étage.

Causé par des mégots dans un pot de fleurs

L’incendie qui a détruit un immeuble à logements de Saint-Félicien, dans la nuit de jeudi à vendredi, a été causé par des mégots de cigarettes jetés dans un pot de fleurs, sur le balcon du quatrième étage. Les pompiers de la municipalité appellent d’ailleurs les gens à la vigilance et leur demandent de bien éteindre leurs mégots afin d’éviter qu’un autre incendie du genre ne se produise.

Les flammes ont pris naissance un peu après 00 h 15, jeudi dernier, sur le balcon du quatrième étage d’un bâtiment de la rue Vigeant, à Saint-Félicien. Les flammes se sont rapidement propagées aux logements. Personne n’a été blessé, mais le directeur du Service incendie de Saint-Félicien, Olivier de Launière, avait affirmé, au lendemain des événements, que le bilan aurait été tout autre si Harold Guay, un pompier qui possède 17 ans de service au sein de l’organisation, n’était pas intervenu avant l’arrivée de ses confrères.

En effet, l’homme, qui réside tout près, était rentré dans l’immeuble avant l’arrivée de ses collègues pour évacuer les locataires. Huit appartements ont été évacués.

L’enquête s’est conclue mardi. Elle a révélé que ce sont des mégots jetés dans un pot de fleurs qui ont causé le brasier. D’ailleurs, les pompiers ont tenu à véhiculer un message de prévention, au terme de l’enquête. Même si les fumeurs vont à l’extérieur, il est fréquent que des mégots lancés au sol ou éteints dans des pots de fleurs, par exemple, causent un incendie.

« Les gens doivent éteindre leurs cigarettes dans des cendriers ou contenants prévus à cet effet. Sinon, ça peut causer de très lourds dommages. Le terreau peut chauffer et le feu couver longtemps avant d’éclater », a expliqué M. de Launière, dans un échange avec Le Quotidien. Avec Anne-Marie Gravel