Brandon Dallaire

Brandon Dallaire le « poignardeur »

Le Robervalois Brandon Dallaire a créé un certain malaise sur le site Facebook en ajoutant le surnom de « Stabber », poignardeur en français, à son identification. Cet ajout a finalement été retiré en début d'après-midi, mardi.
Dallaire, 20 ans, est accusé de voies de fait graves, après avoir été impliqué dans une violente altercation, à Jonquière, il y a quelques semaines. Il aurait notamment poignardé sa victime à trois reprises. Il est passé à quelques millimètres de l'atteindre mortellement.
Au cours des derniers jours, le surnom de « Stabber » est apparu sur sa page Facebook. Les réactions n'ont pas tardé dans les corridors du palais de justice.
Son avocate, Me Marie-Ève St-Cyr, ne semblait pas très heureuse de la situation, mais se demande si l'ajout provient véritablement de son client.
Il est possible que l'un de ses « amis » ait décidé d'ajouter ce surnom afin de faire une « blague » à Dallaire.
Visiblement, la farce n'a pas été appréciée. Plusieurs estiment qu'il s'agit d'un geste totalement déplacé et inapproprié dans les circonstances. La victime a été admise aux soins intensifs et avait perdu beaucoup de sang au terme de cette bagarre.
L'événement s'est produit un peu avant la fermeture des débits de boisson de la rue Saint-Dominique, à Jonquière, à proximité du bar Le Campus.
L'altercation aurait éclaté pour une histoire d'espace afin de pouvoir fumer librement. L'un des deux aurait demandé à l'autre de se tasser et l'autre aurait refusé.
En plus de l'accusation de voies de fait graves, Dallaire est accusé de voies de fait armées et d'usage négligent d'une arme blanche.
Dallaire, un individu de Roberval, mais étudiant au Cégep de Jonquière, serait arrivé au bar avec une arme blanche en sa possession. Au moment où les esprits se sont échauffés, il aurait sorti un couteau, dont la lame faisait 15 centimètres (6 pouces), et aurait frappé la victime à trois reprises. Le jeune homme a été touché à proximité du foie et du diaphragme, en plus d'avoir pu parer un coup avec son bras.
Au lendemain de la bagarre du 15 novembre, Dallaire a été en mesure de recouvrer sa liberté. Il a été retourné chez ses parents à Roberval dans l'attente de la suite des procédures judiciaires.