Un site Facebook au nom de « Soutien pour Jordan » a été créé.

Bébé secoué: la gardienne accusée

Stéphanie Frénette, la propriétaire d'une garderie en milieu familial de la rue Bégin à Chicoutimi, sera accusée de voies de fait graves en lien avec des blessures infligées à un bambin de 23 mois le 20 février dernier.
Stéphanie Frenette devra répondre d'une accusation de voies de fait graves en lien avec un bambin de sa garderie.
L'accusée et son avocat, Me Dominic Bouchard, ont été avisés, jeudi matin, des développements entourant cette affaire qui a retenu l'attention à Chicoutimi au cours des derniers mois. Une collecte a même été organisée pour lui fournir une chambre hyperbare et un site Facebook au nom de « Soutien pour Jordan » a même été créé.
C'est au moment d'aller chercher leur enfant à la garderie sur l'heure du midi que les parents se sont aperçus de l'état de santé de l'enfant. 
Il a été transporté d'urgence à l'hôpital de Chicoutimi. 
Les premiers constats démontraient que les symptômes observés pouvaient s'apparenter à ceux du bébé secoué.
Lors du diagnostic médical, les spécialistes ont confirmé un traumatisme crânien, qui devrait laisser des séquelles permanentes.
Il est probable que le petit homme ne puisse jamais marcher et dépendra donc de ses parents.
Une enquête policière a été entreprise par la Sécurité publique de Saguenay. 
Mme Frénette avait été rencontrée à sa garderie par les enquêteurs. 
De plus, des expertises et des perquisitions avaient été menées dans les jours et les semaines qui ont suivi l'événement.
Si le dossier a mis un certain temps avant d'en arriver aux accusations, c'est que les enquêteurs de la SPS devaient aussi analyser la possibilité que le bambin soit atteint d'une maladie grave, qui aurait pu ressembler au syndrome du bébé secoué.
Stéphanie Frénette devrait comparaître au Palais de justice de Chicoutimi le 22 août afin d'être accusée officiellement. 
Il est peu probable qu'elle se trouve sur place pour ce premier passage en justice, car elle devrait être représentée par son avocat. 
« J'ai été avisé par l'enquêteur au dossier que les accusations seraient déposées. J'ai immédiatement contacté ma cliente. Elle est assommée d'apprendre que des accusations sont déposées contre elle », a commenté Me Dominic Bouchard.
« Mais elle nie toujours sa responsabilité. Lors du passage au tribunal, nous allons maintenir notre position et demander à ce qu'un procès soit tenu le plus rapidement possible », ajoute le criminaliste.
La garderie de la rue Bégin à Chicoutimi a fermé ses portes à la suite de cet événement. 
État de santé précaire
Près de quatre mois plus tard, l'état de santé du petit garçon se trouve toujours précaire. 
Une récente campagne de financement aura permis de lui procurer une chambre hyperbare au coût de 23 000 $. L'enfant pourra retourner chez lui d'ici la fin du mois de juin, car c'est à ce moment que l'appareil doit être livré à la famille.
Les proches du petit Jordan, les amis et les responsables de la Caserne des jouets (Mario Gagnon) sont parvenus à fournir ce caisson qui permet d'augmenter la pression de l'air et d'augmenter la concentration en oxygène.
La chambre hyperbare demeurera à Saguenay. Si jamais l'enfant n'en a plus besoin, l'appareil pourra servir à d'autres personnes.
Un souper spaghetti se tient d'ailleurs vendredi soir à La Pulperie de Chicoutimi afin de continuer à amasser des fonds.