Éric Michaud

Bébé brûlé: Éric Michaud et Cynthia Dauphinais cités à procès

SHAWINIGAN — Cynthia Dauphinais et Éric Michaud ont finalement été cités à subir un procès sur plusieurs chefs d’accusation en lien avec des graves brûlures qui ont été infligées aux mains d’un bébé.

Au terme d’une enquête préliminaire qui a duré plusieurs jours, le juge Simon Ricard a conclu que la preuve recueillie par le ministère public était suffisante pour que les prévenus subissent un procès sur les chefs d’accusation initialement portés contre eux mais aussi sur les nouveaux qui ont été ajoutés au cours des procédures. 

Au départ, Éric Michaud, 38 ans, avait été accusé de voies de fait graves et négligence corporelle causant des lésions alors que la jeune femme, âgée de 23 ans, devait répondre au seul chef d’avoir omis de fournir les choses nécessaires à l’existence d’un enfant alors qu’il se trouvait dans le dénuement et le besoin.

Or, lors de l’enquête préliminaire, la procureure de la Couronne, Me Émilie Goulet a demandé au juge que Michaud soit également cité à procès pour avoir omis de fournir les choses nécessaires à l’enfant. Et toujours en fonction de la preuve dont elle disposait, elle a aussi réclamé que Cynthia Dauphinais subisse un procès sur des nouvelles accusations, soit complicité après le fait pour les voies de fait graves et entrave à la justice.

À la lumière de son analyse, le juge a conclu que la preuve de la Couronne, si elle était présentée à un jury par exemple, pouvait permettre d’inférer que les crimes reprochés avaient été commis par les suspects. Il les a donc cités à procès sur tous les chefs d’accusation, tant ceux initialement portés que ceux réclamés lors de l’enquête préliminaire. 

Notons toutefois qu’en vertu d’une ordonnance de non-publication, il nous est interdit de dévoiler les éléments de preuve qui ont été présentés et le contenu des témoignages qui avaient été livrés. 

Cynthia Dauphinais

On se souviendra que les deux individus avaient été arrêtés en novembre 2017 à Shawinigan, à la suite d’une longue enquête portant sur des événements survenus en juillet 2017 dans un logement de la 11e Avenue, dans le secteur Grand-Mère. Une fillette d’environ 15 mois avait été retrouvée gravement brûlée aux mains et avait dû être transportée à l’hôpital Sainte-Justine de Montréal.

Par ailleurs, une nouvelle requête visant à obtenir la libération d’Éric Michaud a été présentée, jeudi, par son avocat Me Pierre Spain. Rappelons qu’au terme d’une enquête sur caution tenue le 29 novembre 2017, le tribunal avait refusé de le remettre en liberté pendant les procédures judiciaires en raison des probabilités marquées qu’il commette d’autres infractions criminelles et qu’il tente de nuire à l’administration de la justice. Depuis, il était évidemment resté détenu. En invoquant de nouveaux éléments, son avocat a donc réclamé une révision de l’ordonnance de détention mais celle-ci lui a été refusée. Après un délibéré, le juge a conclu que le suspect représentait toujours un risque pour la société et qu’il n’y avait pas de motif suffisant pour modifier l’ordonnance prononcée en novembre dernier. Il restera donc détenu. Sa cause a été reportée au 21 novembre.

Cynthia Dauphinais, qui est représentée par Me Alexandre Biron, avait par ailleurs pu reprendre sa liberté dès le début des procédures mais avec des conditions à respecter. Son dossier a été fixé au 5 décembre.