L’homme s’est barricadé dans ce véhicule blanc pendant de nombreuses heures, avant de se rendre aux policiers.

Barricadé dans son véhicule

Un homme de 53 ans a tenu les policiers en haleine pendant plus de 10 heures, entre lundi soir et mardi matin, après s’être barricadé dans son véhicule stationné dans un chemin secondaire donnant sur la route Mathias à Shipshaw, à la suite de propos suicidaires.

Les négociateurs de la Sécurité publique de Saguenay (SPS) ont réussi à raisonner l’individu, qui s’est rendu vers 8 h 30, mardi matin. Il a été transporté par ambulance dans un centre hospitalier. Un périmètre de sécurité a été érigé sur le site en question.

Les policiers ont eu la puce à l’oreille après avoir reçu un appel du Centre de prévention du suicide, concernant un homme qui tenait des propos menaçants. Les agents de la SPS ont ensuite localisé la personne. Il est demeuré dans un véhicule Chevrolet Astro de couleur blanche et il refusait de coopérer.

Les pneus de la petite camionnette étaient crevés, mais la police n’a pas voulu confirmer s’ils l’avaient été durant l’opération. En plus de la Chevrolet Astro, une roulotte et une camionnette sont stationnées sur le terrain. Un champ de maïs est situé derrière.

L’opération a nécessité le déploiement d’un important contingent policier.

« Dès les premières paroles, l’homme nous mentionne qu’il est armé d’un couteau et il est également question d’essence à bord de son véhicule, a décrit le porte-parole de la SPS, Bruno Cormier. Dans ce cas-ci, on y va délicatement. Il y a une façon de faire établie par les enquêteurs et les négociateurs. Dans ces circonstances, le temps ne compte pas, on désire seulement que l’homme puisse sortir du véhicule selon les règles établies par notre service. »

De nombreuses conversations ont eu lieu tout au long de la nuit entre les policiers et l’individu. Ce dernier a finalement décidé de se rendre vers 8 h 30, mardi matin. Sans dévoiler les techniques utilisées, Bruno Cormier a indiqué que la noirceur avait joué en faveur des agents.

« Lors du travail effectué, on doit faire en sorte que l’homme ne puisse quitter les lieux », a simplement répondu le porte-parole, rencontré sur le site de l’événement quelques minutes après la fin de l’opération.

Selon les informations fournies, l’homme serait originaire de Saint-Thomas-Didyme. Il est connu du milieu policier et il a un passé judiciaire.

La route 172 devient la route Mathias à cette hauteur. Le chemin secondaire où s’est réfugié l’homme est face à la route Fillion. En plus de plusieurs voitures de police et d’une ambulance, un camion de pompier est demeuré sur place le temps de l’opération, en raison des menaces de l’homme impliquant de l’essence.