Le conducteur s'est immobilisé sur le stationnement du Burger King, à l'intersection de la rue Thérèse-Casgrain, et a collaboré lorsqu'on lui a demandé de fournir un échantillon d'haleine.

Au volant avec une .303 chargée

Louis Bernard, 33 ans, de Chicoutimi, a été intercepté vers 23 h, mardi, au volant de son automobile avec une carabine de calibre .303 chargée derrière le siège du conducteur.
Selon la Sécurité publique de Saguenay, Bernard circulait sur le boulevard de l'Université à une vitesse excédant la limite permise.
Le conducteur s'est immobilisé sur le stationnement du restaurant Burger King, à l'intersection de la rue Thérèse-Casgrain, et a collaboré lorsqu'on lui a demandé de fournir un échantillon d'haleine à l'Appareil de détection d'alcoolémie (ADA) qui a révélé une trop forte alcoolémie. Un policier a remarqué la présence de l'arme.
Rendus à la centrale de police, on a constaté que Bernard, bien que sans antécédent judiciaire, avait fait l'objet, plus tôt en soirée, de deux appels à la police pour intervenir dans une dispute avec sa conjointe. Les deux interventions policières ne s'étaient cependant pas traduites par une arrestation.
L'enquête se poursuit
Une entrevue avec la conjointe, au cours de la nuit, a convaincu les policiers d'approfondir leur enquête qui a résulté en six accusations, dont quatre reliées à la possession, l'utilisation, l'entreposage et le transport d'une arme à feu pour lequel il n'aurait pas de permis.
À sa comparution, Louis Bernard et son avocate, Me Marie-Ève St-Cyr, ont appris que l'enquête se poursuit afin de déterminer si des accusations plus graves, reliées à l'arme à feu et la dispute, pouvaient être ajoutées à celles déjà portées.
Suivi par sa conjointe
Lors de l'interception, les policiers ont remarqué qu'un autre véhicule, conduit par la femme, circulait à proximité de celui de l'accusé. Lors de la comparution, la femme était présente dans la salle d'audience.
La procureure aux poursuites criminelles et pénales, Me Andréanne Marion, a obtenu que le tribunal interdise à Bernard de communiquer avec sa conjointe avant la tenue d'un procès.
L'accusé reste détenu et revient ce matin au Palais de justice de Chicoutimi avec la possibilité, tout dépendant de la gravité des accusations ajoutées, de demander d'être remis en liberté en attente de procès.
Slemelin@lequotidien.com