Arrêté 36 heures après sa libération

Pierre Saint-Gelais, de Shipshaw, connaît véritablement une mauvaise séquence. Libéré lundi matin (27 août) par le tribunal, il a été de nouveau arrêté mardi pour avoir enfreint ses conditions de remise en liberté.

L’homme de 38 ans avait été arrêté le dimanche 26 août alors qu’il conduisait son véhicule automobile en état d’ébriété. Il a soufflé des taux de ,236 et de ,259. Il avait été libéré lundi.

La liberté aura été de courte durée.

Mardi Saint-Gelais a brisé les conditions imposées par le tribunal. Il ne devait pas consommer d’alcool et ne pas en avoir en sa possession. Il a connu une rechute et il s’est retrouvé à consommer de l’alcool. L’homme a été dénoncé et a été arrêté.

Saint-Gelais s’est présenté mercredi après-midi devant le juge Michel Boudreault. Les parties ont convenu de remettre les dossiers criminels à jeudi matin pour tenter d’en arriver à une entente ou sur la tenue de l’enquête de remise en liberté.

Me François Dionne pourrait régler les dossiers de Pierre Saint-Gelais.

Car ce qui est prévu, c’est que Me François Dionne tente de démontrer que son client peut être remis en liberté et qu’il ne représentera pas un danger pour la population.

Mais il est fort probable que Saint-Gelais prenne la décision de régler tous ses dossiers.

Il faut se souvenir que Saint-Gelais a été arrêté dimanche dernier après avoir été dénoncé par des citoyens qui le suivaient en voiture. Ils ont remarqué sa conduite erratique et ont communiqué avec le Service de police de Saguenay afin de signaler la situation.

Saint-Gelais n’aurait pas apprécié l’intervention policière. Il a tenté de mordre un patrouilleur. Devant son échec, il a essayé de lui cracher dessus, mais n’a pas réussi non plus.

Amené au Palais de justice de Chicoutimi, lundi, il a été accusé de conduite avec les facultés affaiblies, de voies de fait sur des policiers, d’entrave au travail des agents et de bris de probation.

Car l’individu avait réglé en juillet divers dossiers de vols. Il avait obtenu la clémence du juge Michel Boudreault, qui lui avait imposé des travaux communautaires plutôt que de la détention.

Jeudi, il devrait régler l’ensemble de ses dossiers, dont les bris de probation et d’engagement dont il s’est rendu coupable mardi.

Il serait surprenant qu’il s’en sorte encore une fois. Il est possible que la détention lui soit imposée. Reste à déterminer la durée.